mikan music articles
Interview GARI @ Japan Expo 2009
Par Shito, le 14-09-2009 à 20:28:00
Notre unique interview de cette Japan Expo, et aussi la toute dernière à être publiée sur mimu, nous avons souhaité la consacrer à un groupe que nous apprécions tout particulièrement, et c'est donc tout naturellement que le nom de GARI s'est imposé ! 2 ans après la révélation Japan Expo 2007, le groupe mène aujourd'hui des activités régulières en France, et bien que le succès commercial soit encore très perfectible, sa réputation scénique n'est définitivement plus à faire. En plus ils sont super sympa, aussi cette interview ne pouvait que bien se passer !
GARI
mimu : Bonjour !

GARI : Bonjour* !

mimu : C'est votre troisième année en France, vous commencez à être des habitués. Qu'est-ce que ça représente pour vous de savoir que vous avez des fans qui vous suivent et qu'aujourd'hui on peut dire que vous avez une carrière française ?

GARI : Effectivement, au fur et à mesure que les années passent il y a de plus en plus de fans qu'on revoit dans les concerts et on est très heureux de voir qu'ils nous apportent des photos prises lors des concerts précédents, des dédicaces des années précédentes. Voir que le nombre de fans qui nous suivent augmente toujours ça nous fait très plaisir !

mimu : Concernant le live d'hier, encore une fois vous avez mis le feu au public mais vous avez aussi été les seuls à faire bouger le parterre des média. De votre côté quelles impressions vous avez eu du concert ?

GARI : En fait quand on joue on ne se rend pas forcément compte de ce qui se passe dans la foule ou même devant la scène parce qu'on est vraiment à fond dans le live et qu'on n'a pas vraiment le temps d'observer ce qui se passe autour de nous. Mais depuis on a eu beaucoup de retours positifs, de la part des fans mais pas seulement et ça nous laisse penser que devait être pas mal !

mimu : Justement les artistes japonais qui viennent en France sont souvent bluffés par l'accueil qui leur est fait par le public français. Mais après, quand des tournées sont organisées, c'est très souvent beaucoup plus difficile hors du contexte d'évenements du type convention japonaise. Vous-même en avez fait l'expérience puisqu'on sait que ça a été plus difficile au niveau billeterie pendant vos tournées que pour un concert à la Japan Expo. Du coup, maintenant que vous avez du recul, qu'est-ce que vous attendez de ce retour à Japan Expo ?

GARI : Effectivement GARI est venu à la Japan Expo il y a deux ans pour la première fois et est revenu en France l'an passé pour une courte tournée dans de petites villes de Province. En revenant à Japan Expo, on a un peu peur d'être noyés dans la masse croissante d'artistes japonais qui viennent en France. On voudrait vraiment avoir une fanbase française assez importante pour ne pas risquer qu'on nous oublie parce que sinon on ne serait plus considéré que comme un groupe japonais de plus qui vient en concert pour un événement. Vraiment ce qu'on veut surtout c'est que beaucoup de monde vienne à nos concerts pour voir GARI, parce qu'ils ne nous ont pas oubliés.

mimu : Quand nous vous avions rencontrés il y a deux ans, vous parliez de votre frustration de n'avoir pas pu sortir en indies toutes vos compos, si bien que vous aviez beaucoup de morceaux en réserve que vous espériez pouvoir enfin sortir après votre passage en major. Au final il se sera passé deux ans et demi avant que ne sorte Tokyo Soldier qui est un mini-album. Qu'est-il advenu de tous ces inédits de votre époque indies ?

GARI : En ce moment GARI travaille sur un nouvel album, il est en cours d'enregistrement et devrait sortir vers la fin de l'année et sera destiné au public japonais. A l'opposé, Tokyo Soldier a été fait pour le public français et justement une partie importante est issue des inédits de notre période indies qu'on a réarrangés pour en faire un mini-album. Et puisqu'il est conçu pour la France on a souhaité le sortir pour notre retour à Japan Expo afin de pouvoir le faire écouter ici en avant-première.

mimu : Justement ce nouveau mini-album est vraiment très électro, beaucoup plus encore que les albums précédents. Pourquoi ce choix ? Est-ce que c'est corrélé au renouveau de la tendance électro au Japon aujourd'hui ou bien est-ce un choix par rapports aux goûts du public français dont on sait qu'il accueille de plus en plus d'artistes électro japonais (80kidz, Shinichi Osawa, Dexpistols, etc.) ?

GARI : Que ce soit en France ou au Japon, la scène électro est vraiment en effervescence en ce moment. De plus, si de plus en plus d'artistes electro japonais sont appréciés en France, au Japon nous écoutons de plus en plus d'électro française, en particulier Daft Punk, Justice et nombre d'artistes du label Kitsuné. Peut-être bien qu'à l'avenir le son de GARI va plus s'orienter vers l'électro que vers le rock alors qu'à la base c'est vraiment une pure fusion électro/rock.

mimu : GARI se différencie de la plupart des groupes qui ont fait le choix de l'électro en restant centrés sur sa formation initiale batterie/basse/guitare au lieu de tout passer en programmation. Quel est le rôle des musiciens dans ce contexte électro ? Comment vous gérez ça en studio et en live ?

GARI : Bien sûr à la base de l'électro on a des séquenceurs avec une base programmée mais après nous on rajoute nos instruments dessus et l'important pour nous n'est pas de savoir si on est plus rock ou plus électro, c'est d'avoir un bon équilibre pour obtenir un son qui nous convienne.

mimu : Mais du coup, YOW-ROW qui s'occupe de la programmation a probablement la majeure partie du travail pour lui, non ? Comment se fait la répartition des tâches dans le groupe quand c'est très électro ?

YOW-ROW : En fait je fais écouter une démo aux autres membres et chacun travaille et réfléchit à sa partie de façon individuelle. Puis je fais l'arrangement final en prenant en compte les idées et modifications de chacun. En fait il y a beaucoup de collaboration entre nous tous lors de la composition et des arrangements, je suis loin de tout faire tout seul.

mimu : C'est peut-être une coïncidence mais il y a une tendance chez Victor à ne sortir en major que les albums principaux et à laisser les groupes sortir le reste en indies. Est-ce que c'est ce qui s'est passé pour Tokyo Soldier ou bien est-ce que cette sortie d'un mini-album en indies est une décision exceptionnelle pour la France et Japan Expo ?

GARI : Ca n'est pas une question facile... Le fait est que ça doit être partout pareil de nos jours mais au Japon les majors ont de plus en plus de mal à sortir des albums. Du coup une solution ou du moins une façon de procéder plus sage et plus adaptée est peut-être que chaque artiste soit capable de faire son propre packaging, de produire et distribuer sa musique. Et c'est parce qu'on estimait que c'était justement la solution la plus sage et la plus adaptée qu'on a choisi de sortir Tokyo Soldier en indies. Et il est très probable que GARI aille de plus en plus dans cette direction dans le futur pour pouvoir sortir ce qu'on veut comme on veut.

mimu : C'est amusant, parce qu'il y a deux ans, vous nous aviez confié en interview être frustrés de ne pas pouvoir sortir tout ce que vous auriez voulu en indies, et vous espériez avoir en major la possibilité de le faire. C'est assez révélateur l'évolution du marché non ?

GARI : Notre passage en major a clairement été une bonne expérience mais à partir de maintenant on pense aller plus vers les milieux indies. Bien sûr on ne sait jamais ce qui peut arriver mais pour nous c'est ce qui semble le mieux.

mimu : En fait être en indies est plus confortable pour vous.

GARI : Oui, en vérité les majors et les grands labels peuvent être particulièrement difficiles à vivre ! (rires)

mimu : Pour revenir à votre prochain album annoncé pour l'automne, vous nous avez annoncé qu'il était destiné au public japonais mais est-ce qu'on peut en savoir un peu plus ? En particulier, est-ce qu'il reprendra des pistes ou des éléments de Tokyo Soldier ?

GARI : En fait dans cet album on souhaite avoir un son un peu plus dansant et pour ça on s'appuie sur des styles comme de la drum'n'bass, de la house, du hip-hop, etc.

mimu : Il y a eu une pause de près de deux ans et demi dans vos sorties CD, vous avez beaucoup tourné en live. En dehors de ça est-ce que vous avez des activités à côté, par exemple de support member dans d'autres groupes ?

GARI : D'une part on a tous été extrêmement pris par les concerts pendant ces deux années et d'autre part jusqu'à présent les membres de GARI n'ont pas d'activité en dehors du groupe comme un projet personnel ou une carrière solo. Cela dit, après la sortie du nouvel album japonais ça peut être une possibilité que chacun essaye des choses différentes [à côté de son rôle dans GARI]

mimu : Une question pour Naoki et Yutaka à présent : On vous voit tous les deux sur scène utiliser un grand nombre de techniques de jeu différentes à la guitare et la basse. Y-a-t'il une raison artistique derrière ce choix ou bien est-ce avant tout un jeu de scène et donc quelque chose de visuel ?

Yutaka : A l'origine, ma façon de jouer, tant en studio qu'en live, est dictée par la volonté d'avoir pour GARI un son vraiment très "rock" à la guitare. Mais comme en ce moment on cherche à faire un rock très dansant j'essaye d'avoir une performance visuelle qui bouge plus. Parce que si les gens me remarquent à travers mon jeu de scène alors c'est aussi GARI dans son ensemble qu'ils vont remarquer.

Naoki : En ce qui me concerne, autant je pense d'abord au son que je vais produire pour le studio que pour les concerts, autant pense toujours beaucoup à la façon d'attirer le public et lui permettre d'entrer dans l'univers de GARI plus facilement. Et je donne vraiment mon maximum pour que les gens puissent s'éclater quand ils viennent nous voir en live. Parce que quand ils écoutent le cd c'est une chose, mais quand ils viennent à un concert c'est complètement différent et alors ils peuvent faire l'expérience de beaucoup plus de choses, y compris de sons auquels ils n'auraient peut-être pas fait attention parce qu'ils n'avaient pas la partie visuelle. Et c'est pourquoi je mets autant d'énergie et d'effort dans mon jeu sur scène.

mimu : On a pu voir que Yôichirô a ouvert un blog très récemment. Est-ce que ca s'inscrit dans le cadre des nouvelles méthodes de promotion en indies pour essayer de toucher directement l'auditeur en passant par le web ?

YOW-ROW : En fait quand on est sur scène ça n'est pas possible de vraiment communiquer avec les gens, alors qu'un blog c'est un moyen d'utiliser internet pour avoir accès directement au public pour communiquer avec lui.

mimu : Alors justement suite au contenu d'un des posts de ce blog on a un petit cadeau [une boite de bonbons Haribo]. Mais il faut nous expliquer d'où vient ce trip sur les bonbons Haribo !

YOW-ROW (qui fait les gros yeux, comme ses acolytes, devant la taille de la boîte de bonbons) : En fait j'ai déjà mangé plein de sortes de bonbons gélifiés, mais c'est vraiment ceux-là les meilleurs, parce qu'ils ont juste la bonne consistance sous la dent ! Et puis je ne trouve pas des boites de ce format au Japon, seulement les toutes petites. Du coup je suis content de pouvoir faire le plein quand je viens en France !

mimu : Une dernière petite question pour conclure. Lors de notre précédente interview vous nous aviez confié bien connaitre les BOMB FACTORY depuis votre période indies et on a remarqué que vous faisiez un live avec eux en août. Alors on a une question de la part de tous les fans français des BOMB FACTORY : est-ce que Shira [le batteur] a enfin trouvé une copine ?

GARI : Ca c'est une question à poser à notre batteur ! Kei, est-ce que tu en sais quelque chose ?

Kei : .Ben... en fait, si ça se trouve il en a plein mais il n'en parle pas !

mimu : Merci beaucoup à vous pour cet entretien, en espérant vous revoir très bientôt !

(* En français dans le texte)

(Interview réalisée par Shito & T'CharleS. Merci à Elena et toute l'équipe de Soundlicious, ainsi qu'au staff de la JE et bien sûr à GARI !)
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 80 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité