mikan music reviews
album Kumi Koda - Black Cherry
Par MaĂ®tre K, le 29-12-2006 à 14:49:00
Bien que confortablement installĂ©e au sommet de sa popularitĂ© et des charts, on ne peut s’empĂŞcher d’avoir l’impression qu’il manque toujours un « petit quelque chose » à notre « Ku-chan » pour qu’on puisse dĂ©cemment Ă©crire son nom sur la mĂŞme ligne que celui de Namie Amuro, d’Ayumi Hamasaki ou encore d’Hikaru Utada. Ce « petit quelque chose », on peut raisonnablement aller le chercher du cĂ´tĂ© de la qualitĂ© globale de ses titres, avec cette dĂ©sagrĂ©able impression que sa production a toujours bien de la peine à prendre au sĂ©rieux son (pourtant rĂ©el) talent vocal et prĂ©fère par consĂ©quent miser (un peu trop) sur son image, histoire de tirer un maximum du « ero-kakkoi » pendant qu’il en est temps. 2006 reprĂ©sentait donc l’annĂ©e à ne pas manquer pour Kumi, celle, souvent la plus dure, de la confirmation.


Les choses commençaient pourtant plutĂ´t mal avec l’affreux Koi no Tsubomi qui, bien que les paroles et la musique se montrent dignes d’un « tube » des Tanpopo, s’imposera pourtant sans peine dans les charts et surtout en tĂ©lĂ©chargement, surfant sur le succès du best ~second session~ et celui du drama dont il Ă©tait le thème. Nos pires craintes concernant les aspirations musicales de Kumi Koda, ou du moins de sa prod, semblaient devoir se confirmer. Heureusement, on assistait à un admirable redressement de situation avec un single estival suivi d’une ballade automnale exĂ©cutĂ©s dans les règles de l’art. Mais alors qu’on pouvait lĂ©gitimement se rĂ©jouir du nouvel album un terrible (double) faux-pas, la sortie coup sur coup d’une insipide collabo avec EXILE et d’un ultime single solo -tous deux totalement dispensables- va nous replonger dans le doute à quelques jours de l’arrivĂ©e de l’album jpop peut-ĂŞtre le plus attendu de l’annĂ©e…

bc
bc

■  Ca commence très bien, trop bien peut-ĂŞtre…

La première bonne surprise provient… de la pochette de l’album, avec des clichĂ©s de Kumi plus proches de la photo d’art, dans des tons très sobres, donnant un style rĂ©solument classieux et tranchant avec ce qu’on l’on peut voir habituellement pour ce genre d’album, Ă©vitant ainsi un trop facile Ă©talage de marchandise. Ce souci d’originalitĂ© attise immĂ©diatement notre curiositĂ© et c’est donc plein d’espoir que l’on lance la lecture du premier disque. Parti avec un à priori positif, on se laisse immĂ©diatement porter par une introduction et surtout un Get Up & Move !! dans un pure style R&B commercial, au sens positif du terme. C’est rythmĂ©, entraĂ®nant, parfait pour se rĂ©veiller et surtout rentrer dans le bain. Ce d’autant qu’on enchaĂ®ne brutalement avec l’irrĂ©sistible Ningyo Hime, ses sonoritĂ©s rock dĂ©licieusement agressives et la voix chaude et lĂ©gèrement dĂ©formĂ©e de Kumi qui colle à merveille sur ce qui est peut-ĂŞtre le meilleur titre sorti parmi les singles qui ont prĂ©cĂ©dĂ©. Et comme pour nous donner une leçon de ce que doit ĂŞtre un bon album de jpop, c’est l’ultra classique mais impitoyablement efficace ballade Yume no Utaqui viendra parachever une introduction en toute beautĂ©, digne des toutes grandes productions du genre.

bc
bc
Pourtant, c’est alors qu’on commence à rĂŞver qu’on tient dans les mains une petite bombe que le drame surgit, une dĂ©ception aussi douloureuse que d’être persuadĂ© de revenir de boite avec Ku-chan en personne à son bras pour se rĂ©veiller le lendemain aux cĂ´tĂ©s de Ken Maeda : Tsuki to Taiyou et Puppy, deux horreurs dont la seule mission est de donner dans la track list l’impression que ce Black Cherry n’est pas qu’une simple compilation des titres dĂ©jà sortis en single, du pur remplissage qui vient nous rappeler avec un froid rĂ©alisme pourquoi on n’arrive toujours pas à dĂ©cerner un titre de reine de la jpop à Koda Kumi. Le constat sera tout aussi triste pour Milk Tea, dont la seule originalitĂ© repose dans le fait que c’est Kumi elle-mĂŞme qui est à la composition (une chose est certaine, elle n’a pas risquĂ© ici le surmenage, d’autant que le titre ne dure qu’à peine deux minutes trente), et l’affligeant Twinkle (issue du projet Amazing Nuts !), version solo et dans la langue de Shakespeare d’une collaboration (à dĂ©couvrir dans le DVD) entre Kumi Koda et Show Luo Zhi Xiang, un bellâtre de l’écurie taiwanaise d’Avex plus connu sous le diminutif de Show. Le dernier inĂ©dit, GO WAY !!, une piste de pop lĂ©gère et sans âme de plus, n’arrivera pas à nous Ă´ter le sentiment que si tous ces titres auraient pu faire bonne figure sur le CD « vocal collection » d’un anime pour otaku de 3ème zone, ils n’ont absolument pas leur place sur l’album d’une star au faĂ®te de sa gloire. Et bien entendu il faut rajouter à tout cela le dĂ©jà tristement cĂ©lèbre WON’T BE LONG, titre qui fait certes partie de ces chansons sympas pour s’amuser au karaokĂ© après quelques chopes de pression, la cravate nouĂ©e autour de la tĂŞte, mais dont il Ă©tait bien inutile de nous resservir une part en bonus track avec le remix ~ Red Cherry Version ~. Le seul à vraiment apprĂ©cier son « bonus » sur ce coup là, c’est Bro.Korn, le compositeur à l’origine de la piste, qui n'imaginait sans doute pas pouvoir encore la rentabiliser à ce point 15 ans près sa sortie.

bc
bc
bc
Toute cette mascarade est d’autant plus regrettable qu’il y a quand mĂŞme plusieurs pistes tout à fait agrĂ©ables sur cet album, entre JUICY (et ses gĂ©missements nous rappelant les corps en transpiration de son clip) et les ensoleillĂ©s I’ll be there et With your smile, trois titres qui n’ont pas trop perdu avec l’arrivĂ©e des jours plus froids. On peut aussi ajouter l’entraĂ®nant Cherry Girl et la ballade Unmei qui auraient pu passer sans trop de reproches si, par excès de gourmandise, personne n’avait eu l’envie de nous les sortir en single deux semaines seulement avant l’album. Finalement, parmi tout ce « dĂ©jà entendu », la bonne surprise viendra de Candle Light qui est certes une ballade de plus mais qui a le mĂ©rite d’innover avec une Ku à la voix cassĂ©e se lamentant sur un humble accompagnement au piano, bien loin des traditionnelles guitares acoustiques et autres rivières de violons qui accompagnent habituellement la demoiselle.

■  Pas de mauvais esprit, après tout Kumi ça se dĂ©guste avec les yeux !

C’est vrai, juger du Kumi Koda juste sur le son, c’est un peu de la mauvaise foi. Alors soit, rajoutons l’image. Et là on peut se sentir gâtĂ© avec d’une part un DVD de 9 clips et d’autre part un court mĂ©trage, Cherry Girl. HĂ©las (oui encore !) il faudra vite dĂ©chanter. Le clip de Koi no Tsubomi rĂ©ussi le pari d’être plus insipide que la chanson elle-mĂŞme, et à moins d’être un irrĂ©cupĂ©rable fan de cosplay (ratĂ©) et très en manque, ce n’est pas avec ce titre qu’on va faire chauffer dans les caleçons. Non, cette pĂ©rilleuse mission sera bien mieux remplie par JUICY, oĂą l’on se met à subitement vouloir devenir une bouteille, allez savoir pourquoi…C’est chaud, ça bouge bien, c’est Ku comme on l’aime ! Dommage que With your smile n’ait pas Ă©tĂ© pensĂ©e dans la mĂŞme veine et se contente d’être là juste pour faire une pseudo transition avec I’ll be there. Ce dernier aurait pu ĂŞtre tout à fait sympathique, avec sa Kumi sur la plage en bikini, si celle-ci n’avait Ă©tĂ© filmĂ©e comme une vierge effarouchĂ©e. On a dĂ©jà vu plus suggestif. Arrive alors Ningyo Hime, dont le clip, sombre et théâtral à souhait, est heureusement à la hauteur du titre malgrĂ© quelques « emprunts » trop gros pour ĂŞtre ignorĂ©s. Et puisqu’on est dans une bonne phase, on apprĂ©ciera encore à sa juste valeur Yume no Uta qui, bien qu’utilisant jusqu’au bout les grosses ficelles du genre, y compris dans sa reprĂ©sentation vidĂ©o, nous donne toujours envie de trouver cette Ku avec son manteau et son grand chapeau au pied du sapin (petit Papa Noel, pense-y à l’occasion). Cherry Girl quant à lui manque clairement d’ambitions, tant le concept aurait dĂ» permettre de donner libre cours à nos fantasmes les plus fous, entre le cuir, le fouet et les chaĂ®nes; mais il faudra se contenter de trop nombreux gros plans sur une Kumi Koda qui semble incapable de se dĂ©placer de plus de 30 centimètres et d’images du drama qu’on aurait pu espĂ©rer un peu plus chaud tout de mĂŞme. Unmei ne restera pas non plus dans les annales, mais ce n’est rien comparĂ© à ce qui va suivre, à savoir le fameux Twinkle en duo avec Show. C’est moche, cheap au possible et nos deux amis ont l’air de parfaits imbĂ©ciles heureux du dĂ©but à la fin. Le seul point positif c’est qu’après autant de nullitĂ©, on trouve presque intĂ©ressant le making of qui vient clore ce DVD.

bc
bc
Il nous reste enfin à nous pencher sur le cas du drama Cherry Girl, dont on pouvait lĂ©gitimement se montrer impatient à la lecture des noms cĂ©lèbres qui participent à l’aventure, entre la fort mammairement pourvue Megumi, la prĂ©sence d’un acteur de renom en la personne de Shinji Takeda, la participation de quelques stars du showbiz japonais (dont Goro Inagaki du groupe SMAP) et surtout par le fait que la production est supervisĂ©e par Keiichi Shigematsu, un nom bien connu des amateurs de drama puisqu’il a produit quelques uns des plus gros succès de ces dernières annĂ©es comme Boku no Ikiru Michi, Busu no Hitomi ni Koi shiteru ou encore l’émission culte SMAPxSMAP. Bref, un casting de rĂŞve qui va malheureusement nous prouver qu’aligner les stars ne fait pas forcĂ©ment un bon film (ou un bon drama en l’occurrence) : soyons honnĂŞtes, ce Cherry Girl est d’une rare indigence. Le concept entièrement repiquĂ© à Charlie’s Angels et Cat’s Eye avait à la base tout pour rĂ©ussir. Mais avec les dialogues les plus nuls jamais entendu dans un TV drama (c’est pas peu dire !), les scènes d’action les plus poussives que l’on puisse imaginer et des effets spĂ©ciaux (si tant est qu’on puisse utiliser ce terme) du niveau d’une sĂ©rie B d’il y a au moins 30 ans, ce court mĂ©trage se rĂ©vèle ĂŞtre une des choses les plus ennuyeuses qu’on puisse trouver dans le monde de la jpop (ah non, il y a le clip de Twinkle aussi). La rĂ©alisation n’a pas rĂ©ussi à sauver le tout par un habile dĂ©ploiement de chair fraĂ®che, la seule et courte scène de dĂ©colletĂ© profond n’ayant mĂŞme pas Ă©tĂ© confiĂ©e à Megumi, un comble !

C’est sans surprise que Kumi Koda a terminĂ© l’annĂ©e 2006 avec le titre d’artiste le plus vendu en poche, mais la stratĂ©gie de sa production finit par dĂ©voiler ses faiblesses sur cet album. A trop multiplier les singles il a fallu compenser avec une sĂ©rie d’inĂ©dits (sortir à la suite deux albums composĂ©s uniquement de singles, ça aurait fini par se voir) incontestablement pas à la hauteur d’une artiste de premier plan comme l’est Kumi actuellement. Imaginez une excellente bouteille de vin à laquelle on aurait mĂ©langĂ© un litre d’eau minĂ©rale et vous aurez une bonne idĂ©e du sentiment qui reste à l’écoute de Black Cherry : du gâchis. Difficile dans ces conditions de ranger cet album à cĂ´tĂ© d’un Concentration 20 ou d’un Duty, qui avaient mis, à leur Ă©poque, tout le monde d’accord. L’examen de « reine de la jpop » est (une nouvelle fois) ratĂ© pour Ku-chan, en espĂ©rant qu’elle aura droit à une sĂ©ance de rattrapage en 2007. Mais il faudra qu’elle se dĂ©pĂŞche parce qu’à force de redoubler, elle risque la voie de garage pour peu que dĂ©barque une nouvelle première de classe.

Illustrations © rhythm zone / avex trax
Note : 5.5/10
album Kumi Koda - Black Cherry
Kumi Koda - Black Cherry : Cover
Kumi Koda - Black Cherry : Cover Kumi Koda - Black Cherry : Cover 
Sortie le 20-12-2006
Infos : [CD+2DVD] RZCD-45506 - 5040 ¥
[CD+DVD] - RZCD-45507 - 3990 ¥
[CD] - RZCD-45508 - 3059 ¥
Tracklist : 01- INTRODUCTION
02- Get Up & Move!!
03- Ningyo-hime
04- Yume no Uta
05- Tsuki to Taiyou
06- Puppy
07- Koi no Tsubomi
08- WON'T BE LONG ~Black Cherry Version~
09- JUICY
10- Candle Light
11- Cherry Girl
12- I'll be there
13- Unmei
14- With your smile
15- Milk Tea
16- Twinkle (First Press Bonus Track)
17- GO WAY!! (First Press Bonus Track)
18- WON'T BE LONG ~Red Cherry Version~ (First Press Bonus Track)
Crédits : (M-02) Paroles et Musique : Daisuke "D.I" Imai
(M-03, M-06) Paroles : Kumi Koda - Musique : Miki Watanabe
(M-04) Paroles : Kumi Koda - Musique : Hiroo Yamaguchi
(M-05, M-11) Paroles : Kumi Koda - Paroles et Musique : Yoko Kuzuya
(M-07) Paroles : Kumi Koda - Musique : Yusuke Kato
(M-08) Paroles et Musique : Bro.KORN
(M-09) Paroles : Yo Taira - Musique : STY
(M-10) Paroles : Kumi Koda - Musique : Curtis A.Richardson, Charlene Gilliam,
Andreao "Fanatic" Heard, Sherrod Barnes
(M-12) Paroles : Kumi Koda - Musique : Shintaro Hagiwara
(M-13) Paroles : Kumi Koda - Musique : Hirofumi Hibino
(M-14) Paroles : Kumi Koda - Musique : Toru Watanabe
(M-15) Paroles et Musique : Kumi Koda
(M-16) Paroles : Kumi Koda, SACHI BENNETT - Musique : h-wonder
(M-17) Paroles : Kumi Koda - Musique : Hiroshi Komatsu
Utilisations : (M-06) Kose Visee CM Song
 

Avis des lecteurs


joss
  01- INTRODUCTION est une intro tres efficace qui fut plus tard transformĂ©e en Black cherry moins reussie
02- Get Up & Move!! premiere chanson de l'album qui a une instru tres speciale mais que jadore
03- Ningyo-hime chanson rock que je trouve particulierement immonde
04- Yume no Uta ballade pop tres belle avec un clip plutot triste.
05- Tsuki to Taiyou ballade reposante et tres bien placé au niveau de la tracklist. J'adore
06- Puppy fais parti des chansons que je trouve insupportable chez Kuu
07- Koi no Tsubomi passable mais ne casse pas des briques
08- WON'T BE LONG ~Black Cherry Version~ est la meilleur version de cette chanson, pourquoi a t'elle choisi celle avec EXILE comme single?...
09- JUICY tres bon son r&b. J'adore et le clip est hot et vulgaire mais j'aime assez
10- Candle Light tres belle ballade tres reposante
11- Cherry Girl J'aime le clip la chanson, le film hum moyen.
12- I'll be there est depuis peu ma chanson preferée de l'album, c'est pop, c'est frais... J'adore et le clip est tres joli.
13- Unmei est une ballade au piano que j'apprecie
14- With your smile est potable bien que ce genre de chanson me lasse assez vite
15- Milk Tea j'adore, je la trouve beaucoup trop courte
16- Twinkle 17- GO WAY!! 18- WON'T BE LONG ~Red Cherry Version~ je n'aime pas en tant que bonus je pense qu'ils etaient largement dispensable.

8/10 a l'album qui est globalement tres bons malgré quelques ratés

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 32 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité