mikan music reviews
album YUI - CAN'T BUY MY LOVE
Par Shito, le 29-04-2007 à 18:02:00
S'il est une chose qu'on peut mettre à son crédit, à la petite YUI, c'est d'avoir particulièrement bien réussi son coup. Du lot fort fourni de tous ces artistes lancés par Sony en 2005 à coup de génériques de drama ou d'anime, elle est en effet à peu près la seule à être toujours sur une pente ascendante, là où Hitomi Takahashi, UVERworld ou HIGH and MIGHTY COLOR pour ne citer qu'eux vivent désormais du seul RMI des artistes commerciaux de second plan. Après un premier album salué par la critique et surtout la promotion on ne peut plus profitable apportée par le film Taiyou no Uta, YUI ne semble pas prête à arrêter son ascension. En témoigne le joli succès de CAN'T BUY MY LOVE, lequel a déjà dépassé le double des ventes déjà honnêtes de l'opus précédent avec près de 500.000 exemplaires écoulés.


La clé de voûte de cette belle envolée, c'est sans aucun doute la participation de YUI, en tant qu'actrice et musicienne, au film évènement Taiyou no Uta où elle tenait le rôle de Kaoru Amane, repris ensuite par Erika Sawajiri dans le drama homonyme. Avec le titre Good-bye Days qui en fut tiré, YUI multiplia ses ventes, alors déclinantes, par 12 par rapport à celles du single Tôkyô. Et fut par la même occasion propulsée à la Une de la plupart des media, heureux d'ériger en exemple cette petite frimousse mignonne, simple, timide et passionnée qui à force de travail (passe encore, on a l'habitude) et de talent (chose déjà plus rare chez des artistes aussi jeunes) a pu réaliser son rêve de monter sur scène et vendre des centaines de milliers d'exemplaires de ses disques. Depuis le succès ne se dément pas puisque sur les trois derniers singles de l'artiste l'un fleurte avec la limite des 150.000 exemplaires écoulés tandis qu'un autre l'a déjà aisément dépassée... C'est dans ce contexte pour le moins favorable qu'est sorti CAN'T BUY MY LOVE, le deuxième album de YUI, proposé en versions CD et CD+DVD. Le DVD ne comportant que des clips anciens tirés des 4 premiers -excellents- singles de l'artiste, seule la version CD sera traîtée ici.

■  Rocking Star

Première surprise entrevue avec le single Rolling Star et confirmée ici : YUI a légèrement musclé son jeu par rapport à l'album précédent, et la tonalité globale de l'album est nettement moins acoustique, plus rythmée et plus chargée. C'est d'ailleurs avec Rolling Star que YUI nous offre ce qui est sans doute la meilleure piste de l'album. Une composition classique mais pourvue d'une redoutable efficacité, une instrumentation dans la plus pure tradition des standards Jpop avec ses arrangements rock et sa ligne mélodique à la guitare électrique, et un phrasé dynamique qui sied à merveille à son accent chantant : tels sont les ingrédients de ce petit bijou qui constitue peut-être le premier pas de YUI vers le statut de star charismatique.

Car il faut bien avouer que de ce côté la miss, toute chétive, toute timide, avec sa voix doucereuse, manque encore un peu de crédibilité pour se lancer réellement dans un registre rock. Et elle a beau y mettre toute la conviction qu'elle veut, elle n'est que difficilement à la hauteur des accompagnements de qualité qui constituent une nouvelle fois cet album. C'est déjà limite sur Highway chance, où tout le boulot est fait par la compo et les arrangements véritablement excellents : chorus, effets divers et montée dans les aigus jouissivement porteuse sur le pont menant au refrain final contribuent à faire de la piste une autre réussite. Par contre le bilan est plus défavorable sur How Crazy, dont l'interprétation mesurée sur les couplets retenus à l'accompagnement minimaliste n'est pas à la hauteur sur les refrains riches en guitare et en chorus. Même combat avec Happy Birthday to you you, dont la thématique légère n'excuse pas l'absence totale de puissance vocale qui aurait pourtant été plus que bienvenue sur l'accompagnement résolument rock du morceau.

■  A quoi sert d'avoir du charme quand on ne s'en sert pas ?

Du coup, YUI se retrouve cantonnée au rôle de chanteuse de pop-rock ultra standardisée, et même si à ce petit jeu elle se révèle particulièrement douée, la lassitude commence à se faire sentir. Car à entendre sempiternellement les mêmes accords, les mêmes mélodies à la guitare calquées sur les mêmes rythmiques et la même interprétation, on ne se laisse plus aussi facilement prendre au jeu... On distinguera alors à peine les morceaux plutôt pas trop mal dans le genre malgré leur absence totale d'originalité (It's all right, CHE.R.RY) à ceux qui franchement ne présentent pas grand intérêt tant ils réutilisent de manière insipide l'éternelle recette des succès de YUI (Thank you My teens, Winding Road).

Du côté des ballades également la déception est de mise : le blockbuster Good-bye Days n'a, honnêtement, rien d'extraordinaire et ne vaut que par le matraquage promotionnel qui a permis d'en incruster la mélodie dans la tête de la majorité des fans, servie par un refrain où Sony a même ressorti ses habituels violons pour ballades commerciales histoire d'en rajouter un peu en dramaturgie. Même constat du côté de I remember you qui manque cruellement d'âme, tout comme la chanson de fin Why ? qui ne parvient pas à réellement emporter son auditoire... Au final de cet amas de chansons quelconques il n'y a guère qu'Umbrella qui tire habilement son épingle du jeu par son influence folk où, pour le coup, YUI retrouve une crédibilité bienvenue lui permettant de donner vie à un refrain assez émouvant. Quant à savoir où sont passées ces superbes pistes acoustiques où le léger grain vocal de YUI faisait merveille...

N'allez pas croire à la lecture de cette critique déçue que ce second album de YUI est raté, et que l'artiste n'est guère plus digne d'intérêt. Objectivement le travail est loin d'être mauvais : techniquement il s'agit d'un modèle du genre pop-rock doté d'arrangements particulièrement réussis, et l'ensemble des pistes du disque se laisse écouter plutôt agréablement, avec même quelques excellents moments. On a toutefois l'impression qu'à trop vouloir s'essayer à faire la musique qu'elle aime, YUI en oublie ses limites. Et au lieu de jouer sur ses particularités vocales et sa sensibilité qui pourraient constituer sa force, elle multiplie les expériences et assure le coup derrière avec quelques morceaux des plus communs en remplissage. Le résultat est donc plutôt frustrant, et l'on ne peut qu'espérer que le travail de l'artiste paiera... ou qu'elle saura revenir à ce qui a fait d'elle une auteur/compositeur/interprète au jeune talent reconnu. Sans quoi cette fois la lassitude pourrait pointer le bout de son nez bien plus vite qu'on ne le croit...

Illustrations © Sony Music Japan
Note : 7/10
album YUI - CAN'T BUY MY LOVE
YUI - CAN'T BUY MY LOVE : Cover
YUI - CAN'T BUY MY LOVE : Cover 
Sortie le 04-04-2007
Infos : [CD+DVD] SRCL-6520 - 3465 ¥
[CD] SRCL-6522 - 3065 ¥
Tracklist : 01- How crazy
02- Rolling star
03- It's all right
04- I remember you
05- RUIDO
06- CHE.R.RY
07- Thank you My teens
08- Umbrella
09- Highway chance
10- Happy Birthday to you you
11- Winding road
12- Good-bye days
13- Why?
Crédits : Paroles et Musique : YUI
sauf
(M- 05) Paroles : YUI ; Musique : Kenji Ogura
(M- 09) Paroles : YUI ; Musique : COZZi
Utilisations : (M-02) TV Anime BLEACH Opening Theme
(M-06) KDDI au Listen Mobile Service CM song
 

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 64 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité