mikan music reviews
single Naojiro Hayashi - hikari
Par Shito, le 18-05-2007 à 22:21:00
Le pauvre Ryunosuke Hayashi doit l'avoir sacrĂ©ment mauvaise... DĂ©jà aux dĂ©buts de Hirakawachi icchome, fin 2003, c'est son petit frère NaojirĂ´ qui lui volait la vedette, grâce à son petit minois de gamin de 13 ans et sa voix à la foix haut perchĂ©e et dĂ©chirante. Imaginez donc ce que ça peut donner lorsque le petit minois en question s'est transformĂ©, en l'espace de trois ans, en une jolie gueule de minet tĂ©nĂ©breux qui paraĂ®t bien plus que son âge et fait craquer les filles avec sa nouvelle voix suave, sa musculature naissante et sa taille nettement supĂ©rieure à la moyenne nippone... RĂ©sultat, NaojirĂ´ n'a pas tardĂ© à s'attirer les faveurs des producteurs de cinĂ©ma, qui entendaient bien profiter de l'actuelle vague des chanteurs/euses de ballades embauchĂ©(e)s pour des comĂ©dies sentimentales...


Sur un plan commercial toutefois l'affaire est ratĂ©e, puisque le film Lemon no koro s'est contentĂ© d'un succès d'estime tandis que le single hikari, chanson-thème de ce film et premier single de NaojirĂ´ Hayashi, s'est classĂ© 53ème à sa sortie, dans la moyenne des rĂ©sultats actuels de Hirakawachi icchome. On est loin du carton de Taiyou no Uta avec YUI ! MalgrĂ© ces performances commerciales de second rang (leur single le plus vendu, qui Ă©tait d'ailleurs leur premier single major, s'est classĂ© 23ème à l'Oricon), Hirakawachi icchome bĂ©nĂ©ficie toutefois d'une certaine reconnaissance tant publique que critique, une reconnaissance tout à fait mĂ©ritĂ©e pour ce jeune duo d'auteurs/compositeurs/interprètes folk sans prĂ©tention dont les productions possèdent un certain charme. Et preuve est dĂ©sormais faite que NaojirĂ´ n'a pas besoin de son grand frère pour ĂŞtre au niveau.

■  YUI s'est laissĂ©e pousser la barbe et se fait des injections de testostĂ©rone

Le single s'ouvre sur hikari ~Lemon no koro~, la fameuse ballade qui sert de thème au film Lemon no koro, dont on ne sera pas Ă©tonnĂ© d'apprendre qu'elle est une composition de NaojirĂ´ lui-mĂŞme, tant elle a des accents de ballades folk façon Hirakawachi icchome... les arrangements commerciaux en plus. La chanson dĂ©bute sur un très doux accompagnement au piano Ă©lectronique et cordes, sur lequel se pose la voix suave et nuancĂ©e du chanteur, progressivement rejoint par quelques notes de guitare Ă©lectrique discrète. Et puis de manière tout à fait prĂ©visible, le refrain prend son envol, avec la double dose de violons, de guitare et de dĂ©cibels sur la voix, pour un rĂ©sultat Ă©tonnament agrĂ©able en dĂ©pit de ses accents ultra-classiques. Le lĂ©ger grain vocal de NaojirĂ´ n'y est sans doute pas pour rien, et c'est avec plaisir qu'on se surprend à balancer la tĂŞte tandis que reprend le deuxième couplet-refrain, suivi d'un pont riche en Ă©motions conclu par une ultime reprise, toujours aussi efficace, des refrains sur le final. Aucune surprise donc, mais la chanson restera sans doute un bon moment dans la tĂŞte de ceux qui ne sont pas rĂ©fractaires au genre.

L'imprĂ©gnation prendra d'autant plus vite que la face B n'est autre que la version originale, inĂ©dite elle aussi, de la mĂŞme chanson hikari. Et là quelle claque ! Sur une intro des plus entraĂ®nantes oĂą les guitares Ă©lectriques partagent la vedette avec une batterie porteuse, NaojirĂ´ se rĂ©vèle on ne peut plus crĂ©dible, dans un registre rock old school à la mesure des standards les plus fĂ©dĂ©rateurs du genre dans les annĂ©es 90. A nouveau c'est son timbre grave et lĂ©gèrement granulĂ©, associĂ© à une interprĂ©tation Ă©tonnamment matĂ»re, qui fait ici merveille : à force de voir les artistes issus de la Johnny's Entertainment squatter les premières places de l'Oricon, on avait failli en arriver à la conclusion que les jeunes japonais avaient tous des voix fluettes et une virilitĂ© rĂ©duite au minimum. Confirmation de l'exception NaojirĂ´ avec la dernière piste du single, Owaranai Uta, sur une tonalitĂ© rock plus lourde, plus punk que hikari, composĂ©e par le groupe Indies StriQue. Bien que le morceau soit globalement moins efficace, la qualitĂ© est à nouveau au rendez-vous grâce à une instrumentation travaillĂ©e et une interprĂ©tation toujours aussi convaincante, avec à la clĂ© plusieurs passages rĂ©ussis oĂą NaojirĂ´ se fait plus rauque.

Rarement dĂ©cevant en duo avec son frère sur les diffĂ©rentes sorties de Hirakawachi icchome, NaojirĂ´ Hayashi prend ici une toute autre dimension artiste avec ce single vĂ©ritablement excellent, fĂ©dĂ©rateur à souhait, parfaitement adaptĂ© aux exigences commerciales du moment et surtout Ă´ combien prometteur. De quoi faire oublier que le disque est passĂ© complètement inaperçu dans l'archipel à sa sortie, et laisser espĂ©rer que cette expĂ©rience solo sera suivie de beaucoup d'autres. Car à n'en pas douter il y a là un potentiel dont il serait dommage de se priver : à dĂ©jà 16 ans, NaojirĂ´ n'est pas loin d'avoir tout d'un grand.

Illustrations © Double STAR Records / Sony Music Japan
Note : 9/10
single Naojiro Hayashi - hikari
Naojiro Hayashi - Hikari : Cover
Naojiro Hayashi - Hikari : Cover 
Sortie le 28-03-2007
Infos : [CD+DVD] DFCL-1357/8 - 1575 ¥
[CD] DFCL-1359 - 1223 ¥
Tracklist : 01- hikari ~LEMON no koro~
02- hikari
03- Owaranai Uta
Utilisations : (M-01) Movie "LEMON no koro" Theme Song
 

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 48 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité