mikan music reviews
single Leah Dizon - Koi Shiyou
Par Ananda, le 06-06-2007 à 23:53:00
Qu'est ce qui peut bien pousser les Japonais à s'intéresser à Leah Dizon parmi tant de chanteuses interchangeables, alors qu'elle n'est même pas belle, et pire encore, même pas Japonaise ? A l'origine de cet engouement, des photos un peu dénudées qui ont généré en un an deux millions de recherches sur Google, provenant d'une fanbase essentiellement asiatique. Ni une ni deux, la jeune sino-philippino-franco-américaine envoie une cassette à une agence de talento au Japon, et -miracle- se fait recruter sans même parler Japonais ! Sans tarder, elle quitte Las Vegas et enchaîne naturellement, au vu de son physique avantageux, sur un photobook, Petite Amie. Malgré la qualité douteuse de son premier single, Softly, celui-ci reçoit le soutien d'une fan innattendue, Hikaru Utada, et se classera à la septième place de l'Oricon. Koi Shiyou est son deuxième single.


Difficile de ne pas être tenté au premier abord d'écouter Leah Dizon avec les yeux, et elle l'a bien compris. En effet, malgré son terrible visage de travesti, elle a su faire fructifier son capital sexy avec des attitudes et des tenues peu prudes qui ont fait rêver les utilisateurs de youtube si fort que leurs draps s'en souviennent. Malheureusement, même si Victor Entertainment, sa maison de disques, avait su montrer avec Yinling qu'il savaient y faire avec les exhibitionnistes, dans la vidéo de Koi Shiyou, pas grand chose à se mettre sous la main. Concurrence oblige, une partie de la laborieuse chorégraphie oblige Leah à se placer dos à la caméra, avec moults mouvements de la mini-jupe, mais rien de très croustillant, Le clip baigne plutôt dans une ambiance rose tampax et Leah s'ébat tranquillement avec ses “copines” dont elle ne parle pas la langue. Frustrés de ne pas avoir eu notre dose de bikinis et de topless, on se tourne vers la musique et ... horreur, on dirait du BoA ! Pour tout dire, le refrain ressemble de manière très troublante à celui du récent Sweet Impact, à cela près qu'au moins ici, l'interprète ne passe pas son temps à brailler. En fait, la ressemblance est tellement troublante qu'on aurait presque envie de crier au plagiat, avant de réaliser que personne n'aurait envie de plagier Sweet Impact. On retrouve dons les mêmes arrangements pop-RnB que dans les productions japonaises de la petite Coréenne, sur un versant peut-être encore un tout petit poil plus pop, avec un usage systématique des violons synthétiques et des basses marquées assez désagréables. Certes, la chanson est rythmée et entraînante, et Leah, sans avoir une grande voix, se laisse écouter, mais on est très loin de ce qu'il faut pour faire une vrai hit.

Sur un plan purement musical, la face B, Could you be that one ?, plus RnB, est nettement plus intéressante. Le rythme est rapide et s'accorde aux multiples chorus qui viennent peupler le refrain, tandis que la mélodie est constituée de notes de guitare sèche répétées en loop. Le titre dure à peine plus de trois minutes sans temps mort et est bien rempli, sans même un pont instrumental. Au final, la chanson n'est pas inoubliable mais constitue une face B très honnête. Comme sur Softly, le meilleur morceau du single est à chercher en troisième piste. Il s'agit de AISHITERU ~ Love Story, qui contrairement à ce que son nom indique, n'est pas une ballade, mais un morceau RnB up-tempo plus américanisé que Could you be that one ?. L'accompagnement, totalement synthétique est plutôt réussi, même si l'introduction laissait supposer un morceau plus moderne. Tout en ressemblant dans l'esprit énormément à Could you be that one ?, avec une construction très similaire notamment, AISHITERU ~ Love Story tire son épingle du jeu par son ambiance dans laquelle l'interprète semble se sentir tout à fait à l'aise. On peut supposer que les standards que l'interprète a reçus de par sa culture américaine sont plus conformes à ce type de piste qu'à un morceau comme Koi Shiyou. Au final, la piste est agréable sur le moment, mais peu de chances d'y revenir tant elle appartient à un genre abondant.

Avec Softly, Leah Dizon avait réussi un quasi-exploit : classer son premier single au sein du top 10 de l'Oricon, malgré une accumulation de handicaps : c'est une femme, ce qui n'est plus un atout dans le marché actuel, et elle n'est pas japonaise. Sans qu'une explosion ne se produise, l'alchimie prend également avec Koi Shiyou, qui se classe pour sa première semaine d'exploitation à la même place que le single précédent. Il semblerait maintenant que sa maison de disques soit bien disposée à utiliser le matériau qu'est Leah pour en faire une chanteuse de premier plan, puisqu'un troisième single est d'ores et déjà prévu pour l'été. Cependant, pour que le feu prenne vraiment, elle aura besoin d'un peu plus qu'un single moyen comme Koi Shiyou.

Illustrations © VICTOR ENTERTAINMENT
Note : 5.5/10
single Leah Dizon - Koi Shiyou
Leah Dizon - Koi Shiyou : Cover
Leah Dizon - Koi Shiyou : Cover 
Sortie le 30-05-2007
Infos : [CD+DVD] VIZL-232 - 1.890 ¥
[CD] VICL-36290 - 1.260 ¥
Tracklist : CD :

01- Koi Shiyou
02- Could you be that one?
03- AISHITERU ~ Love Story

DVD :

01- Koi Shiyou (PV)
02- Making of Footage
Crédits : (M-01) Paroles : Leah Dizon ; Musique : Shoichiro Hirata
(M-02) Paroles : Leah Dizon, Maiko Shimura; Musique : Kôtarô Egami
(M-03) Paroles : Leah Dizon ; Musique : STY
 

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 70 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité