mikan music reviews
single Nami Tamaki - Brightdown
Par Ananda, le 02-09-2007 à 23:05:00
Sur le toboggan savonneux menant du succès à l'anonymat, Nami Tamaki commençait à déraper de plus en plus vite. Même la traître main de Tetsuya Komuro n'avait rien pu y faire (mais a-t-elle servi à quelqu'un depuis qu'on a changé de millénaire au fait ?), c'était inexorable, la chanteuse, en voie de péremption, était sur une pente franchement descendante. Son incompétent staff, incapable de la renouveler, ne faisait que lui remixer toujours la même chanson, avec un succès toujours décroissant. Puis, écoutant sans doute les avis très critiques -émanant en particulier de certains fans- Nami Tamaki décida d'entreprendre quelque chose de neuf. S'ensuivit le ridicule, très niais et étrange, et par là-même bizarrement attirant CROSS SEASON. Ce fut une cruelle déconvenue. Puis fut annoncé un tie-in d'envergure, qui allait peut-être relancer la carrière à bout de souffle de Nami : sa nouvelle chanson allait servir d'opening à l'anime D.Gray Man. Cette chanson s'intitule Brightdown, et vient de sortir en single.


Pour ceux qui ne connaîtraient pas le style Tamaki, celà peut être rapidement résumé : il s'agit de l'enfant consanguin de la dance allemande des années 90 et de la trance japonaise (autrement appelé "eurobeat" par les gens disposant d'une certaine culture), le tout mixé à la machette et saupoudré d'une voix suraigue et criarde à souhait. Si dans l'esprit, Brightdown reste proche des productions précédentes de la demoiselle, elle s'en éloigne dans la réalisation. Cette fois, la guitare électrique mène le jeu, elle n'était jusqu'alors qu'un élément ambiant du bruit de ses morceaux, servant à les introduire et habiller des ponts instrumentaux caricaturaux à souhait. Dans la plus pure veine du générique d'anime shonen, le morceau, doté d'une structure pop classique, est très énergique avec une batterie musclée et juste ce qu'il faut de sonorités électroniques. La voix perçante de la chanteuse insupportable sur nombre de ses titres récents s'accorde bien à cette orchestration un peu énervée, comme déjà remarqué sur Ready Steady Go! dans son dernier album, Speciality. Il en ressort un titre pop-rock propre, dopé par une production efficace, et plutôt agréable, bien que pas révolutionnaire pour un yen. Tout à fait dans la même optique que le morceau qu'il illustre, le clip de Brightdown, expose au fil d'un montage épileptique une esthétique plutôt sombre exploitant nombre de clichés du genre, avec une Nami plus dirty qu'à l'accoutumée qui danse en mini short dans le feu. Totalement surfait, mais pas désagréable, tout comme la chanson.

La mode étant aux singles où l'on enchaîne les chansons sans aucun souci de cohérence de manière à attirer un public plus nombreux, Anata Iro no Namida ne ressemble en rien à Brightdown. Il aurait pu être amusant d'écrire que qui n'a pas entendu une ballade de Nami Tamaki habillée de nombreux violons synthétiques et de choeurs qui font "woohoo" ne connaît pas encore la quintessence de la ballade. Mais ce serait mentir tant Anata Iro no Namida est ridicule, cheap, et pour tout dire, mauvaise. Sans parler de la voix de l'interprète, forte en volume mais faible en profondeur, qui a sa légitimité sur les pistes rythmées, mais arrive comme un cheveu sur la soupe sur ce genre de morceaux. On descend encore d'un étage dans l'ascenceur du mauvais goût pour se retrouver avec Endless Dream dans l'antichambre de l'enfer. Véritable synthèse de tout ce qui a attiré les plus vives critiques sur la chanteuse, Endless Dream, chanson pop-dance dans la droite lignée des morceaux de Speciality, se permet en plus de tomber complètement à plat. Impardonnable.

Tout comme son titre, le single Brightdown n'a aucun sens. Pour nous plonger plus encore dans la confusion, ses pochettes sont à des milles marins du contenu du single, montage glamour mettant en scène une Nami Tamaki presque mignonne en robe rouge sur fond de paysage urbain nocturne. Au delà de l'alliance douteuse de titres n'ayant rien à voir les uns avec les autres, Brightdown n'est pas le plus mauvais single de la chanteuse. Certes, les deux faces B sont des plus pathétiques, reste que la chanson-titre est bien meilleure que la majorité des singles sortis dernièrement (ou pas) par Nami. On attend plus que de voir si les ventes réalisées par ce single seront à la famélique mesure de celles enregistrées par CROSS SEASON, ou si Nami pourra reconquérir une partie de son public d'adolescents otakus accros aux shonen, qui apprécieront ce virage.

Commander Brightdown sur Yesasia : Version CD+DVD - Version CD

Visuel © Sony Music Records
Note : 6.5/10
single Nami Tamaki - Brightdown
Nami Tamaki - Brightdown : Cover
Nami Tamaki - Brightdown : Cover 
Sortie le 29-08-2007
Infos : [CD+DVD] SRCL-6618 - 1.890 ¥
[CD] SRCL-6620 - 1.223 ¥
 

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 73 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité