mikan music reviews
album Leah Dizon - Destiny Line
Par Shito, le 13-09-2007 à 16:07:53
Il Ă©tait une fois une jeune fille qui rĂŞvait d'ĂŞtre une star. Elle s'appelait Leah, elle avait 18 ans quand tout a commencĂ©. NĂ©e aux Etats-Unis à Las Vegas, Leah Ă©tait destinĂ©e à tenir le haut de l'affiche, à faire la Une des plus grands magazines. Du moins en Ă©tait-elle convaincue, et avec elle son entourage qui la poussait avec ferveur dans cette voie. Grâce à ses mensurations avantageuses (86-60-88 pour 1m67), à son aptitude naturelle à prendre les poses les plus lascives, et surtout grâce à son regard vitreux digne des meilleurs premiers prix de concours bovins, la jeune fille parvient à convaincre une agence de seconde zone de lui faire faire ses premières photos. Elle y joue, avec un professionalisme indĂ©niable, le rĂ´le indispensable de faire valoir pour bolides de rĂŞve en couverture de journaux spĂ©cialisĂ©s, et attire ainsi sur elle l'attention de quelques centaines de passionnĂ©s de carosserie qui en profitent pour vider la rĂ©serve de kleenex de leur boĂ®te à gants. Mais en bonne jeune amĂ©ricaine stupide comme on pensait n'en voir que dans les sĂ©ries TV, Leah cultive un exquis leitmotiv : celui de n'avoir aucune considĂ©ration pour sa propre personne, tout en aspirant à toucher les Ă©toiles. Ah les hĂ©roĂŻnes de contes de fĂ©es, faudrait leur mettre des claques !


Au royaume des pervers les geeks, les vieux cochons et les otaku sont rois. Et leur royaume commun se nomme Internet. Bien que passĂ©es totalement inaperçues sur le sol amĂ©ricain, oĂą Paris Hilton et autres Britney Spears ont placĂ© la barre très haut en matière de sirènes scandaleuses, les photos de Leah Dizon relayĂ©es sur le web ont nĂ©anmoins attirĂ© l'attention d'une poignĂ©e de petits vicieux du cĂ´tĂ© du continent asiatique. Il faut dire qu'avec sa silhouette caucasienne et sa face de poisson-clown aux origines extrĂŞme-orientales (elle est le fruit des amours d'une franco-amĂ©ricaine et d'un sino-philippin), Leah a tout pour plaire au public masculin d'Asie, et plus particulièrement japonais. Les mateurs de service de l'archipel ruminent en effet leur frustration face à une reprĂ©sentation de plus en plus caricaturale de leurs fantasmes dans les mĂ©dias, et voient leurs ardeurs rĂ©frigĂ©rĂ©es par les revendications d'une gente fĂ©minine nippone en pleine Ă©mancipation. Autant dire donc que les quelques clichĂ©s disponibles de la jeune fille auront vite fait de se rĂ©pandre sur la toile, et ce buzz finit par arriver aux oreilles de l'entourage de Leah qui voit là renaĂ®tre ses rĂŞves de gloire.

Dès lors c'est le branle-bas de combat. Le clan Dizon a bien potassĂ© son affaire et, sur le conseil des fans eux-mĂŞme, dĂ©cide d'attaquer sur diffĂ©rents fronts. Leah envoie une demo-tape accompagnĂ©e de photos à diverses agences nippones, est recrutĂ©e par l'une d'entre elles, emmĂ©nage illico à TĂ´kyĂ´ et sort un photobook au succès immĂ©diat. Un second suivra, accompagnĂ© d'un premier single aux ventes encourageantes, soutenues par une forte fanbase. Leah ne parle pas japonais mais qu'importe : elle apprend quelques mots, et pour le reste elle tente de se forger une lĂ©gitimitĂ© en convaincant les journalistes qui l'interrogent, le nez plongĂ© dans son dĂ©colletĂ©, de son intĂ©rĂŞt rĂ©el pour la musique japonaise. Elle se dit fan de Namie Amuro et Hikaru Utada : on l'accuse à demi-mot de ne rien y connaĂ®tre et de s'ĂŞtre sans doute contentĂ©e d'un petit travail de recherche pour avoir quelques rĂ©fĂ©rences à citer, mais qu'à cela ne tienne : Dizon rĂ©pond qu'elle aime aussi beaucoup NaotarĂ´ Moriyama. Et une femme qui aime NaotarĂ´ Moriyama Ă©tant forcĂ©ment une femme de goĂ»t qui a su se laisser toucher par la sensibilitĂ© nippone, on lui ouvre en grand les portes des mĂ©dias.

■  Leah Dizon, la première chanteuse japonaise ni chanteuse ni japonaise.

DĂ©sormais Leah Dizon est partout : elle sort deux autres singles aux recettes tout à fait honnĂŞtes, enchaĂ®ne les photos plus inexpressives et soumises les unes que les autres, tourne dans des CMs, et fait ses premiers pas à la TV. Elle y rencontre d'ailleurs la fameuse Hikaru Utada, une autre amĂ©ricaine de naissance trop contente d'avoir enfin trouvĂ© une copine dans ce pays oĂą personne ne la comprend, et qui lui apporte donc tout son soutien. Et puis elle finit par sortir son premier album, Destiny Line, le 12 Septembre dernier. Un album fort mĂ©diatisĂ©, promu par des dĂ©clarations d'une portĂ©e artistique rare ("mes mots japonais prĂ©fĂ©rĂ©s c'est kira-kira et buyo-buyo, je les trouve rigolos"), et dont le contenu n'est, sans surprise, d'aucun intĂ©rĂŞt : il est clair que ce disque rĂ©sulte, comme les prĂ©cĂ©dents, plus d'un prĂ©texte à la mĂ©diatisation que d'une rĂ©elle dĂ©marche de crĂ©ation, et ce ne sont pas les allĂ©gations selon lesquelles Leah serait co-auteur de 10 morceaux sur 14 qui nous convaincront du contraire.

La situation est d'autant plus navrante que dans l'absolu, on ne peut pas dire que Victor se soit contentĂ© du service minimum pour cet album-prĂ©texte. Le fait est que le label y a mis les moyens, avec des morceaux variĂ©s à l'instrumentation bateau mais globalement travaillĂ©e. On y trouve ainsi en vrac un modèle de piste RnB scolaire mais bien fichue (IMPOSSIBLE), une chanson mid-tempo aux accents groovy pop façon Def Tech et consors (Everything Anything), une jolie composition de ballade planante à la Utada (Missing), diverses pistes pop/dance aux rythmes variables, interchangeables mais tout à fait Ă©coutables (Koi Shiyou, Unmeisen, Could you be that one?, Time (Clock Of The Heart), Aishiteru ~Love Story), sans oublier les hybrides pop/RnB façon face B de single de Kumi Koda (L.O.V.E. U) et les traditionnelles ballades sirupeuses (Softly, Again and Again). Une vĂ©ritable synthèse de la production musicale japonaise de ces dernières annĂ©es, mais mieux encore, l'album se dote mĂŞme d'une très bonne production RnB/ragga aux accents orientaux, intitulĂ©e Are you feelin' for me?. Le problème c'est qu'invariablement, chacune de ces pistes, dĂ©jà très standardisĂ©es pour la plupart, est plombĂ©e par l'interprĂ©tation complètement transparente d'une Leah Dizon qui ne semble pas comprendre un traĂ®tre mot de ce qu'elle raconte. Et ce n'est pas la performance vocale, plate comme un encĂ©phalogramme de hamster passĂ© sous les roues d'un Land Cruiser, qui compensera le charisme inexistant de l'"artiste", laquelle ne peut guère se vanter que de chanter juste (un mĂ©rite qu'on lui reconnaĂ®t toutefois volontiers).

Leah Dizon
Destiny Line aurait gagnĂ© à ĂŞtre un album anonyme, une compilation sur laquelle on aurait fait chanter chaque chanson par une guest star piochĂ©e dans les rĂ©serves d'artistes plus ou moins populaires d'une quelconque maison de disques japonaise. En tant que tel, il eĂ»t tout à fait pu ĂŞtre convaincant, en tant que regroupement de productions certes standard mais d'un standard soignĂ©. Il s'avère que Victor a posĂ© dessus la tronche et la voix de Leah Dizon, sa nouvelle protĂ©gĂ©e. Et le rĂ©sultat est à l'image de sa jaquette arrière. On y voit Leah accroupie sur un trottoir, semblant attendre avec ennui qu'une crotte daigne lui sortir des fesses sans avoir compris que pour que la crotte se pointe et qu'elle soit belle il faut pousser. Voilà à quoi se rĂ©sume le conte de fĂ©e de Leah : une carrière faite d'attente qu'on s'intĂ©resse à elle, après quoi on lui prĂ©mâche (plutĂ´t bien) le travail pour qu'elle n'ait plus qu'à poser sa voix ou poser tout court, dans tous les cas pour un produit fini d'une fadeur certaine. Le pire c'est que les "fans" ne pourront mĂŞme pas se contenter du visuel, puisque pour le coup Leah a dĂ©cidĂ© de s'habiller (comme une vieille) sur les photos du livret et de la jaquette. Il va falloir lui expliquer le concept de fan-service à la petite Leah, si elle veut durer dans le mĂ©tier...

Commander Destiny Line sur Yesasia : Version CD - Version CD+DVD
Visuels © Victor Entertainment
Note : 4/10
album Leah Dizon - Destiny Line
Leah Dizon - Destiny Line : Cover
Leah Dizon - Destiny Line : Cover 
Sortie le 12-09-2007
Infos : [CD+DVD] VIZL-255 - 3.990¥
[CD] VICL-62508 - 3.045 ¥
Tracklist : CD
01- IMPOSSIBLE
02- Everything Anything
03- Missing
04- Koi Shiyou
05- Unmeisen
06- Could you be that one?
07- Are you feelin' for me?
08- Softly
09- Time (Clock Of The Heart)
10- Aishiteru ~Love Story
11- Wonderlin'
12- L.O.V.E U
13- Drive me crazy
14- Again and Again
15- (CD version only) Koi Shiyou (yasutaka nakata-capsule mix)

DVD
01- Softly PV
02- Everything Anything PV
03- Koi Shiyou PV
04- L.O.V.E U PV
05- Again and Again PV
06- "Real Peek" Off-Shot Footage
 

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 72 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité