mikan music reviews
single Yuna Ito - Urban Mermaid
Par Shito, le 01-11-2007 à 00:45:12
On le rĂ©pète à chaque fois qu'on parle d'elle : le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle a du courage la petite Yuna, et surtout qu'elle peut remercier Sony de continuer à croire en elle, à rĂ©compenser de sa confiance une persĂ©vĂ©rance qui commence à tenir de la mission suicide... Contre vents et marĂ©es Yuna Ito tente d'imposer autre chose que ses ballades sur un marchĂ© qui l'a dĂ©finitivement Ă©tiquettĂ©e comme excellente beugleuse de mièvreries. Et à dĂ©faut d'efficacitĂ© commerciale, le fait est que ses diffĂ©rentes expĂ©rimentations, sans pouvoir revendiquer la moindre originalitĂ©, avaient en tout cas l'infini mĂ©rite d'ĂŞtre bien produites et entĂŞtantes. Du coup lorsqu'on nous annonce un single intitulĂ© Urban Mermaid, on se prend à espĂ©rer un nouvel opus dans cette veine un peu percutante aux accents vaguement "RnB", à la manière des excellents losin' et I'm Here. Sauf que...


...sauf qu'il suffira de 41 secondes de la chanson-titre pour anĂ©antir tous nos espoirs. 40 secondes tout d'abord, c'est le temps que durent l'intro et le 1er couplet, aux arrangements vaseux qui tendent à faire penser qu'en guise de haute mer notre sirène n'a guère connu que l'embouchure de la Seine; mais rien d'insurmontable pour les amateurs de pĂŞche aux moules que sont les fans de Jpop (qui a dit "justement non" ?). Orgue, piano Ă©lectrique, guitare acoustique, chorus, claquements de doigts et tintements : de la bouillabaisse en brique de chez Sony tout crachĂ© dont on pourrait encore se contenter faute de mieux, un soir de disette. L'affaire se gâte à la 41ème seconde, lorsqu'accoste le premier refrain, qui voit la sirène Yuna dĂ©barquer avec le mal de mer et dĂ©gobiller sur la plage sa ritournelle nausĂ©abonde doublĂ©e d'une boĂ®te à rythme hideuse, et surtout ponctuĂ©e de ces fameux prouts-prouts synthĂ©tiques gras et sulfureux que l'on retrouve dans tant de boĂ®tes de conserve musicales vendues dans les pires enseignes discount de la planète... Ecouter la suite du chant de la sirène relèvera alors de la torture et c'est avec soulagement qu'on passe au morceau suivant... non sans avoir soupirĂ© de dĂ©pit à la vue du clip de Urban Mermaid, qui plagie sans vergogne les plus mauvaises publicitĂ©s jamais tournĂ©es pour des serviettes hygiĂ©niques, avec dans le premier rĂ´le Yuna en femme-sirène libĂ©rĂ©e qui dĂ©ambule en ville à la tĂŞte d'une cohorte de sardines en tailleur. PathĂ©tique.

■  Quand on arrive en ville, tout le monde change de trottoir...

Le soulagement est toutefois de très courte durĂ©e : car cette fois le mal ne survient pas par surprise, il nous prend au contraire à la gorge d'entrĂ©e. Le système immunitaire inadaptĂ© à la nouvelle vie continentale de notre petite sirène ne lui a pas permis de lutter contre le virus de gastro-entĂ©rite qui sĂ©vit sur la rĂ©gion, et les dĂ©jections qu'elle nous sert avec Colorful rappellent celles des caniches abricot incontinents qui maculent les abords de toute maison de retraite digne de ce nom. Une intro synthĂ©tique aux faux airs baroques, une rythmique dĂ©cousue et une "mĂ©lodie" aussi indescriptible qu'insupportable, bref de quoi donner envie de faire voter au plus vite la gĂ©nĂ©ralisation des tests ADN aux sirènes en perdition. Reste que la moins mauvaise piste du single semble bien ĂŞtre le remix bossa-wannabe de Mahaloha, malgrĂ© sa facture complètement anecdotique et ses accords pas toujours bien harmonisĂ©s avec la mĂ©lodie des paroles...

Une sirène qui a dĂ©couvert l'existence de la civilisation en voyant couler le Titanic, et a dĂ©cidĂ© de se la jouer popstar façon CĂ©line Dion du fond des mers, ça fait une jolie histoire, qu'on prend facilement plaisir à Ă©couter. Le fait est qu'entre les calamars rockeurs et les boysband recrutĂ©s dans des bancs de thons par castings sauvages (dont les Ă©liminĂ©s finiront dans les usines de Saupiquet), Yuna la petite sirène fait plutĂ´t bonne impression. Mais quand la mĂŞme sirène voit ses rĂŞves de surface se rĂ©aliser et s'Ă©lève en porte-parole pathĂ©tique de la cause fĂ©ministe avec une soupe infâme dĂ©gageant une odeur caractĂ©ristique de poisson pourri, le retour à la rĂ©alitĂ© fait mal. Le seul intĂ©rĂŞt que les fans pourront trouver à ce single rĂ©side donc dans la version CD+DVD, qui a la bonne idĂ©e de ne pas proposer le clip de Urban Mermaid mais 3 chansons tirĂ©es de la première tournĂ©e de Yuna Ito. Ce ne sera pas de trop pour se rappeler que jusque là l'artiste a quand mĂŞme plutĂ´t bien rĂ©ussi son parcours artistique. Et qu'en dĂ©pit d'une envie impulsive, il serait par consĂ©quent prĂ©maturĂ© de la jeter dĂ©finitivement par dessus bord, la nageoire lestĂ©e de plomb.

Acheter sur Yesasia le single Urban Mermaid( version CD+DVD - version CD) de Yuna Ito
Visuels : © Sony Music Japan
Note : 2/10
single Yuna Ito - Urban Mermaid
Yuna Ito - Urban Mermaid : Cover
Yuna Ito - Urban Mermaid : Cover 
Sortie le 24-10-2007
Infos : [CD+DVD] SRCL-6649 - 1.575 ¥
[CD] SRCL-6651 - 1.223 ¥
Tracklist : 01- Urban Mermaid
02- Colorful
03- Mahaloha -Gira Mundo "City Lights at Night" Remix-
04- Urban Mermaid -Instrumental-

DVD : Spring One Man Live Tour Digest
 

Avis des lecteurs


FĂ©
  Urban Mermaid est un bon titre dans la mesure oĂą la voix de Yuna reste fidèle Ă  elle-mĂŞme : belle et envoutante. Et heureusement ! car il s’agit ici du seul point positif… Le titre manque cruellement d’originalitĂ© tandis qu’au fil des Ă©coutes la mĂ©lodie devient lassante.
C’est vraiment décevant en comparaison avec les titres précédents que Yuna avait à nous offrir. Toutefois la bonne volonté y est, et cela est suffisant pour vous laisser apprécier ce titre pendant un petit moment.

Concernant Colorful, c’est malheureusement à nouveau une déception. Cette fois le chant de Yuna, toujours irréprochable, n’est pas suffisant pour sauver le titre. En effet, la mélodie vient gâcher cette piste qui aurait pu être beaucoup plus réussie.

Note : 5/10

joss
  Urban mermaid est pour moi une tres bonne chanson qui s'ecoute facilement et reste en tete. Les 2 autres chansons sont pas mal mais reste du remplissage.

6/10

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 72 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité