mikan music reviews
album Ayumi Hamasaki - GUILTY
Par Ananda, le 04-01-2008 à 00:35:00
Ayumi Hamasaki n'est pas morte ! Les mauvaises langues -mais néanmoins observateurs parfois pointilleux- l'avaient enterrée avec son album Secret, puis son deuxième best, mais la plus populaire en Occident des stars japonaises a finalement créé une série de non-évènements qui ont fait oublier un instant sa non-activité en faisant fourmiller les fans transis : un "court-métrage", une rupture (jusqu'à la prochaine fois), un voyage bien arrosé en Asie, un single estival destiné au marché asiatique qui est un échec sur le marché asiatique... Apparemment déterminée à se remettre au travail, elle a alors lancé un talkin' 2 myself en forme de grosse oeillade orgueilleuse aux ex-fans, afin de contredire ceux qui prétendaient qu'Ayu n'était plus guère la meilleure qu'aux jeux à boire. Bingo ! Les médias se sont un peu plus agités qu'à l'accoutumée, mais les ventes, ses plus mauvaises depuis ses débuts en 1998, ne laissaient pas présager d'un destin commercial resplendissant pour son neuvième album studio, GUILTY.


Une partie de la promo du disque est assurée par la tristesse d'une Ayu effondrée d'avoir perdu un être cher (mais qui, foutredieu ?), colorant apparemment l'ensemble d'une teinte plus sombre que ses précédents albums, on en pleurerait si on avait un coeur. Avec seulement 5 pistes sorties en singles sur un total de 14 pistes, la place est cette fois laissée aux inédits, avec toutefois 3 interludes et une courte introduction. Afin d'expédier les formalités, je précise d'emblée que jamais au cours de cette critique je n'emploierai les formules "rock violent", "déferlement de guitares" et "résolument rock". Il faut décidément ne jamais avoir rien entendu d'autre que des blockbusters avex pour avancer ce genre de description totalement off topic...

Ayumi Hamasaki - talkin\
Ayumi Hamasaki - talkin\

■  C'est dans les vieux pots qu'avex fait de la nouvelle soupe

L'ambiance curieusement froide de cet album laisse particulièrement perplexe à la première écoute, et souligne le paradoxe Ayumi Hamasaki, ou comment se renouveler en faisant toujours la même chose. Dans l'ensemble, les compositions ne sont pas surprenantes, les tintements et autres raclements de tombe du terrifiant trio H/\L, surexploité en dépit de son effroyable ringardise, sont là (et nous chient le même interlude que d'habitude, que l'on retrouve sur tous les albums d'Ayu depuis RAINBOW, intitulé cette fois reBIRTH), le son de guitare qui caractérise les productions "rock-entre-guillemets" de la chanteuse aussi... Ayu conserve l'hideux vibrato guttural qui fait ressembler sa voix à un mélange entre celles de Gackt et de Mika Nakashima, et le whisky a achevé de lui donner un timbre plus grave. Et pourtant, on ne peut pas nier le travail de production réalisé sur la majorité des pistes. On pense immédiatement à GUILTY et sa guitare qui sonne comme une guitare, pas mal foutue, pas mal arrangée et plutôt originale dans la discographie de la chanteuse, avec un refrain plaisant car loin de l'explosion en décibel auquel on était habitués. Malheureusement, la pauvre voix famélique de la star ne suffit pas à remplir le dépouillement convenu du morceau et GUILTY tombe à côté de la plaque.

Ayu - Distance Love
Ayu - Distance Love

L'hybride (don't) leave me alone est un bel exemple du style "neuf" d'Ayu : plus chargé, avec un foisonnement d'arrangements pas vraiment discrets, destinés à faire mal là où ils passent. A noter qu'avec son pantalon en lamé argenté largement fendu et évasé, Ayu fait coup double en ressemblant à la fois à une paysanne adipeuse et à une vulgaire prostitutée dans un clip pas du tout mémorable. Dommage que l'efficacité ne soit pas vraiment de mise, au contraire d'un talkin' 2 myself qui, en dépit des guitares électriques en accompagnement est au rock ce que Nami Tamaki est à la trance, ce qui ne l'empêche pas d'être réussie (contrairement à Nami Tamaki, du reste), grâce au débit saccadé et guerrier de la chanteuse. Sa face b, decision officie dans le même style pseudo-rock taillé pour le live et un peu vain, quoiqu'agréable à court terme.

(don\
(don\

■  Le paradoxe de l'empreinte qui ne marque pas

Le style martial semble être à la mode chez Ayu ces derniers temps, puisqu'on retrouve ce ton agressif, voire militaire puisque les percussions nous y jouent une marche, sur l'introduction Mirror. Yuta Nakano, membre honoraire de H/\L semble par contre avoir des difficultés à distinguer la musique du bruit et nous pond une composition bruyante et sans queue ni tête. CMJK, collaborateur régulier de la star et compositeur d'interludes professionnel tombe dans ce travers avec son orgue qu'il semble avoir piqué à Mana et nous pond un avec un The Judgement Day caricatural à souhait. De plus, voilà une curieuse manière d'introduire le très contreversé et grotesque glitter, qui en en reprenant les ingrédients, à tout à envier à fairyland, ou même à BLUE BIRD. L'overdose de niaiserie ressentie cet été est toutefois évitée puisque glitter parvient tant bien que mal à introduire un peu de légèreté à ce GUILTY. Par contre, tous ceux qui avaient adoré le fait qu'Ayu soit suffisamment égocentrique pour être l'unique star de ses vidéos vomiront devant la vidéo "évènement" de glitter, dont on a assez parlé pour que je vous évite une description en plus d'un mot : ridicule. M6 songerait à acheter les droits de glitter/fated pour un de ses fameux téléfilms de l'après-midi ! Dans la même veine pop que ce mémorable tube de l'été, on retrouve MY ALL, revival 90's, qui malgré son titre à la Mariah Carey, n'est pas une ballade, mais un pur titre jpop sans saveur, qui fait suite à Replace et Beautiful day.

marionette
marionette

Ce GUILTY possède également son petit lot de ballades. On oubliera l'incroyablement ennuyeuse et concave fated, à laquelle il manque sûrement un "r" quelque part, pour se réveiller de sa torpeur avec un Together When ... pas-mal-mais-sans-plus. Le refrain est intéressant, et serait presque poignant, avec une utilisation assez intelligente des recettes habituelles, mais il manquera un petit plus au morceau pour s'afficher fièrement aux côtés de Dearest ou No way to say. Le morceau est toutefois plus passionnant que son clip, dans lequel le réalisateur n'a de cesse de nous montrer une Ayu bouffie dans un décor dans le plus pur style Franponais. untitled ~for her~, avec son nom d'hymne lesbien, en fait pas mal dans le larmoyant, mais touche cette fois sa cible grâce à son soupçon de nostalgie et de "ce n'est qu'un au revoir mes frères". Un bon titre de fin de concert, qui ne remplacera certainement pas Who ... dans le coeur des fans mais qui pourrait faire son chemin. Enfin, Marionette joue dans la cour des ballades les plus grandiloquentes de la chanteuse, qu'on aimerait presque quand elle en fait trop, si ce modèle de ballade n'était pas suranné depuis bien trop longtemps pour faire encore de l'effet. On retiendra toutefois un clip 100% ayumesque devant lequel tous les fans mouilleront leur culotte.

together when
together when

Que penser finalement de ce GUILTY ? Tout d'abord, il est très loin d'être mauvais. Il apparaît seulement que la plupart des mélodies sont bateaux, déjà entendues, et même plus vraiment efficaces. Cela pourrait être compensé par une production innovante d'un niveau technique irréprochable, malheureusement, si l'album ne démérite pas, il est loin de remplir les ambitions affichées ci-dessus. A mi-chemin entre un album de Rina Aiuchi et le dernier de Britney, il apporte un peu de sang neuf dans la discographie d'Hamasaki, mais malheureusement, le dépoussièrage n'est pas total et on reste très loin d'une révolution. Au final, GUILTY n'est donc ni très bien produit, ni très efficace. Que reste-t-il alors ? Eh bien, un album d'Ayumi Hamasaki, notre dinde de Noël, qui s'écoute désormais par habitude, mais avec nostalgie.
Note : 7/10
album Ayumi Hamasaki - GUILTY
Ayumi Hamasaki - GUILTY : Cover
Ayumi Hamasaki - GUILTY : Cover 
Sortie le 01-01-2008
Infos : [CD+DVD] AVCD-23503 - 3.990 ¥
[CD] AVCD-23504 - 3.150 ¥
Tracklist : CD
01- Mirror
02- (don't) Leave me alone
03- talkin' 2 myself
04- decision
05- GUILTY
06- fated
07- Together When ...
08- Marionette -prelude-
09- Marionette
10- The Judgement Day
11- glitter
12- MY ALL
13- reBIRTH
14- untitled ~for her~

DVD
01- Distance Love
02- talkin' 2 myself
03- decision
04- Together When...
05- Marionette
06- (don't) Leave me alone
07- glitter (making off)
08- fated (making off)
09- talkin' 2 myself (making off)
10- decision (making off)
11- Together When... (making off)
12- Marionette (making off)
13- (don't) Leave me alone (making off)
 

Avis des lecteurs


Soulhead
  Moi qui était impatiente d’entendre cet album en entier vu la qualité ‘’bluffante’’ de previews je dois dire que dès la deuxième piste inédite mon ‘’excitation’’ n’a cessé de diminuer…Le gros défaut de cet album c’est tout simplement ses refrains…

Mirror qui elle est entre l’interlude et la chanson complète est formée d’un couplet+d’un refrain et d’un phrase final et tout ca en à peine 2 minutes ca donne forcément un peu un effet brouillon.
DLMA est elle dotée d’une bonne instru mais le refrain est un peu trop brouillon lui aussi.Guilty elle c’est une piste ennuyante, bruyante et sans émotion dotée d’un refrain plus qu’archi-moche, TW est une jolie ballade, très agréable à l’écoute, Marionette est bien sur dans la même atmosphère que son prelude. Ayu chante très (trop) doucement sur les couplets et le refrain ben il est... pridesque =___=

TJD c’est une interlude saoulante avec ces lalala qui finissent en pseudo-remixe. My all j’ai cru que c’était replace au début, les couplets sont pas mal niais mais bon... ensuite le refrain c’est carrément un tsunami qui arrive sur la voix d’ayu ..d’ailleurs chose marrante j’ai sauté 3 fois des passages de la musique et je suis tombé 3 fois sur le même passage. A peine répétitif hein ? Rebirth c’est du HAL tout craché. Et la dernière piste dotée d’un couplet magnifique et d’un refrain absolument raté!!! Reste les non-inédites qui elles (a part Glitter) semblent sauver le tout… Bref, un album raté.

enzan
  Une fin d'année sans un album d'Ayu c'est comme un 31 sans alcool, c'est pas courant. Chance.

Mirror est sombre et lourde. Trop bruyante peut-être mais pas mauvaise du tout. Le prélude est sympa et remplit bien son rôle.
Ce n'est pas le cas de TJD. Entre des LaLaLa pas très agréables et un remixage foireux de la piste à la fin, c'était pas gagné.
Puis, reBiRTH, du Made In HAL sans originalité. Dommage, la toute fin est bien agréable.

DLMA est un peu trop répétitive, bruyante et les couplets sont sans plus mais j'ne peux m'empêcher de trouver un charme fou aux refrains. Idem pour t2m et decision qui restent meilleures. L'album se poursuit sur une piste éponyme qui n'aura pas fait l'unanimité. Bien qu'un peu molle, la chanson reste originale.
Suivent la très moyenne fated, la vue-et-revue TW... et la fameuse Marionette. Pas très originale encore une fois mais l'instru travaillée et les refrains puissants achèveront d'en faire LA bonne surprise. Ayu s'offre même le luxe de chanter durant le pont.
Arrive le duo pop glitter / MY ALL. Rien de mémorable mais par son coté old-school, MY ALL arrive à se montrer plus charmante et plaisante que la piste estivale.
Enfin, untitled. Kunio Tago signe ici une bien jolie chanson, très agréable mais peu surprenante

Originalité est le mot qui manque à cet album pourtant bien construit, travaillé et soigné.
Dommage, d’autant plus que la seule piste à vraiment se démarquer (GUILTY) et aussi (encore une fois) l'une des plus décriées…

eva01-xct
  Moi je dois faire partie de la cat�gorie des "fans" (s�rement les mauvais aux yeux de certains) ...
C'est s�r que l album n'a rien de r�volutionnaire mais il faut bien avouer qu'Ayumi on l'aime ou on la d�teste pour ses qualit�s et ses d�fauts et dans chaque nouveau cd je retrouve, pas aussi fort qu au debut, tout ce qui m'a fait appr�cier cette chanteuse depuis plusieurs ann�es.
R�solument ce nouvel opus est plus sombre alors qu on aurai pr�f�r� quelques chose de plus gai pour les 10 ans de carri�re mais comme chacun on a des ann�es noires et ca n'arrive pas sur commande.
Comme notre super pr�sident, ayumi a r�ussit a faire passer un "semblant" de nouveaut� sans changer grand chose mais je ne m en plains pas.
Pour dire qu'apr�s quelques �coute du CD j'aime l'ensemble qui est homog�ne et de qualit� et que une ann�e sans un album d'Ayu serai bien triste ...

Kazumi_Sweetie
  Je fais partie de la catégorie "grande fan d'Ayumi", alors mon avis sur cet album sera tout de même un peu subjectif...
On commence l'album avec Mirror, très bonne intro dont j'ai hâte de recevoir le single. On enchaine sur DLMA, dont le refrain m'est resté encré dans la tête plus de 3 semaines. T2M, représentante du "Ayu return", est sans conteste une très bonne chanson rock, mais j'ai une préférence pour decision, tiraillée entre le piano et la guitare électrique. GUILTY me plait beaucoup, c'est un nouveau style qui fonctionne. Fated et TW... sont 2 belles ballades qui s'enchainent à la perfection. On arrive à l'agréable surprise de l'album, Marionette (et son prélude), dont les sonorités nous mettent dans une ambiance sombre à souhait. Après un interlude sans interêt, arrivent Glitter et MY ALL, qui remplissent à la perfection leur rôle de piste enjouées. Après un autre interlude sans interêt, U~fh~ est la dernière piste émouvante à souhait, mais pas à la hauteur de Who...
Un album qui résumme donc bien les 10 ans d'Ayu: du neuf, du recyclage, et beaucoup d'interludes. Un bon album, mais pas le meilleur.

joss
  Un seul point ma vraiment deplu dans la critique c'est le fait de parler d'alcool ce qui n'a pas sa place ici mais on est pas la pour parler de ça.
M:Bonne intro mais tellement mieux en version complete avec Mirrorcle world.
DLMA:Chanson assez entrainante mais qui ne restera pas dans les annales.
T2M:Peut etre la chanson la plus efficace, sombre a souhait. J'adore
D:des couplet tres doux, un refrain beaucoup plus puissant. La recette habituelle mais sa marche et j'apprecie.
Gu:Mon inedite preferée. Je la trouve tout simplement sublime. Les guitare donne un coté sombre, la voix donne un coté assez pesant. Ce qui en fait la meilleure chanson de l'album
F:J'adore, c'est une chanson pour deprimer avec un clip dans la meme envergure. J'adore les deux contrairement a beaucoup.
TW:La ballade par exellence. elle est tout simplement magnifique.
MP:J'aime pas, ça me fait peur ^^
M:J'aime bien cette ballade aux résonnances rock. Le clip ,plutot mystique, est pas mal aussi.
TJD:Deja beaucoup mieux que l'interlude precedente mais je ne suis toujours pas fan.
G:Au debut je la haissais cette chanson mais au fil du temps je l'ai appreciée et maintenant je l'aime bien. Son clip est tres bien aussi contrairement a ce que les gens disent.
MA:Je n'aime pas cette chanson, je la trouve longue et ennuyeuse.
rB:jolie interlude mais peu marquante.
IFH:et pour finir l'album une ballade, tres jolie soit dit en passant, mais pas la meilleure, TG est beaucoup plus efficace.
8.5/10 tres bon album

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 61 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité