mikan music reviews
album Kumi Koda - Kingdom
Par Ananda, le 14-02-2008 à 13:19:00
On s'en doutait déjà depuis quelques années, il suffisait de regarder certains de ses clips et quasiment tous ses accoutrements : Kumi Koda est un homme. C'est elle qui le dit, on ne va pas la contredire, d'autant plus qu'elle est incontestablement plus virile que la quasi-totalité des Johnny's, et puis au moins ça donnera l'occasion à ses fans occidentaux d'écouter un artiste masculin. Mais attention, Kumi n'est pas n'importe quel homme, non, Kumi est le roi, un roi avec des c......., un roi qui n'a pas peur d'affirmer sa combativité, un roi qui, certainement par décrets, avait déclaré que l'année 2007 elle la passerait à se ridiculiser avec une série de sorties sans intérêt. Mais attention, le roi auto-proclamé vient de sortir son nouvel album, à grand renforts de multiples éditions et de promotion. Vive le roi ?


Vu le nombre impressionnant de pistes sorties en singles cette année, d'aucuns -dont moi- craignaient que cet album serait à peu de choses près un quatrième best, mais les marketeux d'avex ne sont pas nés de la dernière pluie. Conscients que l'image de leur poule (ou leur coq, c'est selon) avait pris un coup de plomb dans l'aile, ils insufflèrent un grand coup de vent frais dans la tracklist, en ne retenant que quelques unes des pistes sorties en singles, et -miracle !- la sélection est pertinente, puisque les pires déchets pondus cette année sont écartés ! Kingdom est disponible en trois éditions, cette critique portera sur la version CD+DVD parce que, avec tout le respect que je dois au roi, je n'avais pas vraiment envie de m'ennuyer une heure et demi devant le concert présent sur l'édition CD+2DVD.

anytime
Under


■  Le roi n'administre pas, ne gouverne pas, il r√®gne.

Incontestablement, Black Cherry √©tait, parmi les albums des grandes stars de la pop f√©minine sortis en 2007, le plus calamiteux. Compl√®tement d√©cousu, bouffant √† tous les r√Ęteliers afin de satisfaire le public le plus large possible, il n'inspirait que des crises d'urticaire en d√©pit des singles de qualit√© qui le parsemaient. Bonne nouvelle, dans sa grande bont√©, le roi nous √©pargne cette fois le massacre avec un album globalement beaucoup plus coh√©rent, qui sans √™tre redondant, propose un dosage √† peu pr√®s parfait entre les diff√©rents genres pr√©sents.

FREAKY
Koi no Mahou


Rassembl√©s principalement sur la premi√®re moiti√© du disque se trouvent les morceaux pop-RnB, genre dans lequel le roi a souvent su briller par le pass√©. On passera rapidement sur LAST ANGEL, o√Ļ entour√© de ses √©missaires cor√©ens, les Tohoshinki, le roi donne un joli coup d'√©p√©e dans l'eau, malgr√© une production correcte. FREAKY souffre un peu des m√™mes d√©fauts, et pour tout dire bande un peu mou, en reprenant les ingr√©dients de Selfish. On lui accordera d'√™tre ent√™tant, tout comme BUT, un cran au dessus, et qui a largement fait l'unanimit√© aupr√®s des fans. Typiquement dans la veine des productions du genre de compositeurs scandinaves dont Kumi semble friand, BUT est un assemblage r√©ussi de sonorit√©s synth√©tiques renforc√©es par des basses claquantes plut√īt exquises. Dans le style arabisant ultra-classique mais √©trangement toujours efficace, Amai Wana, petite soeur de Candy parvient √† √™tre attractive, mettant au premier plan un roi ma foi tr√®s sensuel. Plus d√©pouill√©e, Under pourrait l√©gitimement pr√©tendre au titre de meilleur morceau de l'album, d√©montrant si il en √©tait besoin que les Japonais sont d'excellents interpr√®tes de musique am√©ricaine. Hypnotique. Les amateurs du genre s'extasieront √©galement sur Black Cherry, version longue de l'introduction de l'album √©ponyme, pr√©sente en titre bonus, malgr√© la prise de risque une nouvelle fois inexistante (mais qui √©couterait Kuu s'il devait s'en √©mouvoir ?). Plus pop, Anata ga Shite Kureta Koto n'aurait pas jur√© au milieu des morceaux de Grow Into One et se r√©v√®le plaisante.

Himitsu
Ai no Uta


■  Un roi sans divertissement est un homme plein de mis√®re

Son sceptre dans la main (et ailleurs), le roi s'essaye √† la sensualit√© sur Himitsu, et il faut bien avouer que son timbre sied particuli√®rement bien √† ce genre de compositions mid-tempo l√©g√®rement soul rappelant dans l'esprit l'√©norme Ima Sugu Hoshii (mais naturellement en moins bien, avec toute la meilleure volont√© du monde, on ne refait jamais en mieux quelque chose de bon). L'Introduction du disque, dans un style toujours sensuel un poil surann√©, touche encore une fois son but parce que le roi arrive √† en faire juste assez, mais pour une fois pas trop. Malheureusement, le roi s'est vu imposer son lot de pistes pop mignonnes qui plaisent tant √† ses sujets japonais. Celles-ci sont au nombre de trois : anytime, Koi no Mahou et Wonderland synth√©tisent tout ce qui peut d√©go√Ľter une bonne partie du public occidental chez le roi. Niaiserie, production miteuse et archi-d√©pass√©e, qualit√© en berne et irritations g√©nitales sont donc au programme de ces trois horreurs qu'il vaut mieux ignorer. Ceci dit, celles-ci √©tant parsem√©es judicieusement dans la tracklist, on √©vite l'effet de bloc naus√©eux qu'on pouvait ressentir √† l'√©coute du single FREAKY.

MORE
Amai Wana


Enfin, pour que le royaume soit complet, le roi nous gratifie de quelques ballades, dont la d√©sormais mythique Ai no Uta. Derri√®re ce titre si audacieux se cache la quintessence de la ballade "commerciale" japonaise. Le seul probl√®me, c'est que cette quintessence est √† l'envers : tous les ingr√©dients les plus minables du genre sont ici assembl√©s dans un ensemble cheapissime, et le rendu est pour tout dire grotesque. Rien √† garder dans cette insupportable caricature. Dans ce domaine, MORE se d√©fend √©galement bien. Le roi, vraisemblablement nostalgique des ann√©es 90, nous sort d'on ne sait o√Ļ une ballade pseudo-jazzy, pseudo-classieuse, pseudo-ridicule, ah non, pardon, √ßa c'est pour de vrai. Inutile d'√™tre trop rabat-joie, le dernier repr√©sentant du genre, Aishou, est bien plus plaisant. Originalit√© nulle une nouvelle fois, mais devant le niveau particuli√®rement d√©ficient des morceaux down-tempo du roi, on se r√©jouit de ce joli titre relativement intense au refrain soutenu par une guitare √©lectrique discr√®te mais judicieuse. On est d'autant plus surpris de ne pas retrouver la sempiternelle guitare espagnole habillant une bo√ģte √† rythme hideuse qu'on en viendrait √† aimer Aishou plus qu'√† sa juste valeur (principe du contraste positif).

Aishou
Anata ga Shite Kureta Koto


■  Rien ne ressemble plus √† un homme qu'un roi.

Quant au DVD, on se doutait bien qu'avec une vid√©o par titre sur l'album, tout le contenu clipographique de ce Kingdom ne serait pas des plus int√©ressants (m√™me si le pire clip de ce DVD est environ 2.500 fois meilleur que le meilleur de JYONGRI). Commen√ßons par ce qui f√Ęche : pompeusement regroup√©s sous l'appellation "Short Movie", on retrouve quatre clips qui se font "suite" : Koi no Mahou, Himitsu, Amai Wana et Anata ga Shite Kureta Koto. Malgr√© tout, ne me demandez pas de vous raconter l'histoire, je ne l'ai pas tr√®s bien comprise tellement elle √©tait ennuyeuse, mais en gros une d√©ficiente mentale fait les magasins (Koi no Mahou) dans le monde des polypockets, elle va au restaurant avec sa nouvelle panoplie mais son mec n'est pas clean clean (Himitsu), puis elle va au club avec ce salaud qui la trompe (alors qu'elle est mignonne cette fois-ci) dans Amai Wana, qui aurait largement m√©rit√© de vraies sc√®nes de danse, et elle dig√®re sa rupture dans Anata ga Shite Kureta Koto. Ces clips sont mous, r√©alis√©s avec un budget relativement limit√© et particuli√®rement mal jou√©s.

Wonderland
Run For Your Life


Ceux qui voudront se sentir intelligents devront regarder un Run For Your Life affligeant malgr√© une bonne id√©e de d√©part, ou alors anytime qui nous pr√©sente un roi naturel, laid et bouffi comme √† la maison dans des pseudo-sc√®nes de vie quotidienne (si le roi a vraiment l'habitude de se promener d√©guis√© en √©norme lapin avec une bouteille de vin dans la main, il est temps de commencer √† plaindre la vie quotidienne de Masahiro Nakai, ainsi que de se poser des questions sur sa sexualit√©). La vid√©o d'Ai no Uta est √† la hauteur de la chanson qu'elle vient illustrer et il faut vraiment √™tre fan de Kumi pour se la farcir (ou √™tre Masahiro Nakai justement). Ne parlons m√™me pas des sommets de stupidit√© niaise atteints avec Wonderland. BUT, LAST ANGEL et FREAKY ne sont pas franchement rat√©es, loin de l√†, mais n'apporte rien de neuf ni d'excitant, ce ne sont que des redites des pr√©c√©dentes vid√©os du roi. Restent tout de m√™me Aishou, o√Ļ le roi fait femme dans son joli kimono, c'est surprenant; MORE, esth√©tiquement tr√®s r√©ussi malgr√© des images de synth√®se un peu bancales; et Under, o√Ļ il suffit d'une chor√©graphie particuli√®rement cool dans une combinaison jaune √† la fois superbe et hideuse pour renvoyer l'arthritique Namie Amuro et ses petits mouvements mesur√©s au placard. En bonus, un grand √©cart de toute beaut√© et surprenant (enfin surtout la premi√®re fois).

BUT
Last Angel


A moins qu'il ne se noie prochainement dans du liquide amniotique pourri, le roi n'est pas tout √† fait mort. Puisqu'on continue √† opposer Kumi et son copain Ayumi, comparons ce Kingdom au d√©j√† fossilis√© GUILTY. Assur√©ment moins impliqu√© artistiquement (je viens de faire une immense hyperbole) que l'album d'Ayu, Kingdom nous ressert une soupe √† laquelle nous sommes habitu√©s mais qui reste agr√©able par moment. Moins de recherche (seconde hyperbole) que sur GUILTY donc, mais ce royaume demeure suffisamment bien dos√© et efficace pour pour ne pas d√©m√©riter, et r√©ussit m√™me √† redonner un coup de boost √† l'image du roi, qui contrairement √† ce que pr√©tendent les mauvaises langues, n'est pas encore d√©chu, en t√©moigne son triomphe au TOKYO DOME (quel artiste solo peut encore se vanter de remplir des domes ?) et l'encha√ģnement des contrats publicitaires, jusqu'√† il y a encore tr√®s peu.

Acheter Kingdom sur Yesasia : version CD - version CD+DVD - version CD+2DVD
Visuels © avex trax
Note : 7/10
album Kumi Koda - Kingdom
Kumi Koda - Kingdom : Cover
Kumi Koda - Kingdom : Cover Kumi Koda - Kingdom : Cover 
Sortie le 30-01-2008
Infos : [CD+2DVD] RZCD-45829/BÔĹěC - 5.500 ¥
[CD+DVD] RZCD-45830/B - 4.200 ¥
[CD] RZCD-45831 - 3.059 ¥
Tracklist : CD :

01- Introduction For Kingdom
02- LAST ANGEL feat. TohoShinki
03- Amai Wana
04- Himitsu
05- Ai no Uta
06- anytime
07- Under
08- BUT
09- Koi no Mahou
10- Aishou
11- Anata ga Shite Kureta Koto
12- Wonder land
13- FREAKY
14- MORE
15- Black Cherry

DVD 01 :

01- Introduction For Kingdom
02- LAST ANGEL feat. Tohoshinki
03- Amai Wana
04- Himitsu
05- Ai no Uta
06- anytimeÔľąalbum ver.ÔľČ
07- Under
08- BUT
09- Koi no Mahou
10- Aishou
11- Anata go Shite Kureta Koto
12- Wonderland
13- FREAKY
14- MORE
15- Black Cherry
16- Run For Your Life

DVD 02 :

01- Cherry Girl
02- BUT
03- WON'T BE LONG
04- Someday
05- you
06- hands
07- MORE
08- Your Song
09- Koi no Tsubomi
10- Sweet Love
11- WIND
-encore-
12- FREAKY
13- girls
14- Thorough the sky
 

Avis des lecteurs


joss
  01- Introduction For Kingdom : Tres belle introduction qui finira peut etre en chanson complete dans le prochain album
02- LAST ANGEL feat. TohoShinki : J'apprecie beaucoup cette collaboration bien qu'elle aurait pu etre encore mieux
03- Amai Wana : Tres bonne chanson malgré un clip decevant
04- Himitsu : L'une de mes preferées, j'ai eté tres agreablement surpris par cette chanson
05- Ai no Uta : Belle ballade mais sans plus.
06- anytime : Tres belle ballade, j'adore le clip
07- Under : Chanson rythmée, j'aime beaucoup le coté rnb
08- BUT : Chanson rythmée, j'adore le clip qui est assez osé, j'aime beaucoup sa demarche en sortant de l'ascenseur
09- Koi no Mahou : Je n'aime pas, ni le clip ni la chanson
10- Aishou : Magnifique chanson et magnifique clip
11- Anata ga Shite Kureta Koto
12- Wonderland : Clip tres enfantin et chanson enfantine egalement
13- FREAKY : Chanson rock assez agreable je doit dire (PS elle est pas belle du tout avec sont chapeau dans le clip)
14- MORE : Clip tres reussi, chanson qui nous transporte mais le tout donne quelque chose d'assez soporifique
15- Black Cherry : Tres bon refrain et le bridge est parfait mais les couplet c'est pas tout a fait sa.

9/10 c'est le meilleur album de Koda Kumi d'apres moi

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 65 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité