mikan music reviews
album IRUMA RIOKA - IRUMA
Par Shito, le 25-05-2008 à 22:35:00
Jeune auteur-compositeur-interprète de la scène Indies japonaise, IRUMA RIOKA n'en possède pas moins un bagage déjà conséquent. Pianiste depuis son plus jeune âge, spécialiste des synthétiseurs (et pour cause : son métier est d'en vendre !), titulaire d'un diplôme universitaire en composition musicale assistée par ordinateur... autant de cordes à son arc qui lui ont permis d'attirer l'attention sur elle et son univers. Le travail de longue haleine fourni par IRUMA RIOKA a fini par aboutir à un premier album, sobrement intitulé IRUMA, sorti en avril dernier et dont l'artiste est particulièrement fière puisqu'elle peut se vanter d'avoir écrit et composé l'ensemble des neuf titres que compte le CD.


Si visuellement il semble qu'IRUMA RIOKA se cherche encore, sur le plan musical l'artiste dispose d'une personnalité bien affirmée et sa patte est clairement perceptible dans chacun de ses morceaux. De ses principales références (Shiina Ringo, Bjork), IRUMA ne conserve finalement pas grand chose, si ce n'est un goût pour les compositions non linéaires et les arrangements qui sortent des habituels poncifs de la musique pop-rock. L'univers d'IRUMA est fait de rythmes à trois temps, de sonorités synthétiques qui côtoient d'ambitieux ensembles orchestraux, de cloches et autres boîtes à musique, et surtout de nombreux chorus informatisés dont elle maîtrise l'utilisation avec beaucoup de savoir-faire.

■  Habile jeu de sonorités

L'album s'ouvre sur Silent Lake, un morceau particulièrement représentatif de ce que sera l'ambiance du CD. Quelques notes de piano courent sur une mélodie regorgeant de petits effets synthétiques. Une voix douce et claire bardée d'un léger écho se pose de façon irréelle, assez envoûtante, sur un rythme très lent. Les couplets sont oniriques, les refrains riches en chorus d'origine purement digitale, et -sans qu'il s'agisse d'un défaut- l'ensemble constituerait à n'en pas douter un excellent générique de fin d'anime. Avec Vanilla et plus loin Ao, on reste dans le même type d'atmosphère sonore avec les mêmes composantes, bien que dans son registre de pure ballade Vanilla arbore une teinte à la fois un peu plus épurée, plus industrielle, plus pesante peut-être. Le chant s'y fait plus appuyé, avec un manque d'assurance qui, loin d'être un handicap, est pleinement assumé et en devient presque déchirant sur le final, parsemé de guitare électrique et violon.

3:00AM est peut-être la piste la plus originale du disque. La chanson est construite sur une rythmique ternaire parcourue d'une mélodie au piano, le tout brodé à l'aide d'un accompagnement orchestral riche en cordes. Le refrain est une vraie réussite, exercice amusant de promenade sur des amplitudes vocales qui sonnent presque fausses et sont pourtant parfaites comme ça, contribuant à instaurer un climat grand-guignolesque qui évoque les abords un peu étranges d'un cirque en pleine nuit d'été, une fois la représentation terminée. Plus tendre et plus solennel à la fois, Ashita, ame ga yanda nara débute sur un accompagnement fait uniquement de son de cloches. Toujours approfondie par un léger écho qui sera sans doute familier aux habitués des travaux de RURUTIA, la voix d'IRUMA se fait douce et enfantine, tout en se détachant très clairement des chorus harmoniques profonds et lointains : le contraste est fort réussi !

■  Des compositions très variées

Le chorus est d'ailleurs un art qu'Iruma maîtrise très bien, et elle en fait la démonstration avec l'excellent fuoco, un morceau très ambitieux qui pour le coup aurait eu toute sa place sur la bande son d'un RPG d'envergure. L'atmosphère est cette fois un peu tendue, rythmée par un roulement de caisse claire parsemé de cloches et d'une ligne de violons un peu grinçante. La construction complexe de la chanson est encore valorisée par un chant tout en chorus synthétiques, réalisés sur un Roland VP-550 dont les rendus vocoders sont de toute beauté, qui s'achève sur un final en apothéose, plus aérienne, rappelant notamment Enya. Dans un style radicalement opposé, CLOVER est également très réussie. Ballade mid-tempo piano-voix d'apparence assez classique, elle sort du lot par sa ligne mélodique un minimum élaborée, et ce fameux chant pas très assuré qui réussir à ne jamais être déplaisant. Juste avant, Moonlight Waltz empruntait à Beethoven le thème mélodique de sa célèbre "Sonate au Clair de Lune" avant d'embrayer sur une composition low tempo superbe où le chant et le violon unissent leur complainte accompagnés d'un piano d'une sobriété bienvenue.

Reste pour finir l'OVNI du disque, qui selon la sensibilité de chacun dégoûtera ou ravira, mais laissera difficilement indifférent ! Pour le coup, il s'agit de la première et la seule piste purement pop du CD : Touch your heart est de loin le morceau le plus standard de l'album, le moins original, mais le plus efficace aussi. Le premier couplet/refrain low tempo évoque toujours RURUTIA, tant dans l'emploi de ce sempiternel effet écho/vocoder que dans l'instrumentation piano/violons synthétiques/batterie. Et puis tout à coup, apparaissent riffs de guitare électrique et beat catchy : le morceau se transforme alors en une pure piste dance floor pour otaku, dans la veine directe du genre qui a connu son apogée à la fin des années 90. Les nostalgiques seront absolument ravis, les autres sans doute nettement moins...!

Très bonne surprise que ce premier album d'IRUMA RIOKA. De prime abord l'artiste ne paie pas de mine, son image typique de celle des jeunes seiyuu n'étant pas franchement un gage de crédibilité. Pourtant, même si plusieurs de ses chansons feraient effectivement merveille dans un anime ou un jeu vidéo, il serait fort dommage de réduire l'artiste à cela. Son univers singulier évoquant RURUTIA ou Yoko Ueno est le fruit d'une intéressante rencontre entre la simplicité de la pop synthétique et une véritable recherche de richesse technique, les influences classiques, les sonorités variées tant dans l'orchestral que le synthétique et les rythmes ternaires contribuant à créer des morceaux bénéficiant chacun d'une atmosphère propre. Des travaux certes pas qualifiables de chefs d'oeuvre mais tout de même véritablement prometteurs, bien qu'assez kitsch par moments. Terminons avec un live de la chanson fuoco mis en ligne par IRUMA RIOKA elle-même sur Youtube; de quoi vous faire une petite idée, en complément du MySpace de l'artiste déjà bien rempli !



Visuels © Iruma Rioka - Tous droits réservés
Site officiel d'IRUMA RIOKA - Acheter IRUMA sur CDJapan.
Note : 8/10
album IRUMA RIOKA - IRUMA
IRUMA RIOKA - IRUMA : Cover
Sortie le 23-04-2008
Infos : IRUMA-1 - 2100 ¥
Tracklist : 01- Silent Lake
02- Vanilla
03- 3:00AM
04- Ashita, ame ga yanda nara
05- fuoco
06- Moonlight Waltz
07- Ao
08- CLOVER
09- Touch your heart
Crédits : Paroles, Musique et Arrangements : IRUMA RIOKA
 

Avis des lecteurs


Sayaka
  Je ne connaissais pas du tout avant que tu nous présentes cette artiste et je dois dire que c'est une agréable découverte. C'est une authentique artiste qui sort un peu des sentiers battus. C'est du renouveau pour les oreilles et ça fait du bien !
Je suis fan de Silent Lake. En revanche l'ambiance de 3.00 AM m'angoissait un peu au début. Mais à force de bourrage de crâne, la chanson ne me fait plus peur.
Ce qui m'a surpris dans ce que j'ai pu écouter sur son myspace, c'est qu'aucun titre n'a la même atmosphère. Et cette variété fait vraiment plaisir.

En ce qui concerne l'apparence d'Iruma Rioka, je la préfère en petite fée des bois qu'en Lolita des villes...

Soulhead
  Cet album est une très bonne surprise! Silent lake est reposante, vanilla est une balade assez surprenante car en voyant les photos (et l'horrible clip réalisé avec les moyens de bord et pas très flatteur pour Iruma) on ne s'attend pas forcément à ça... Ashita, ame ga yanda nara est pas forcément inoubliable mais son instrumentation donne une touche de magie au titre même s’il faut attendre 2 minutes pour cela, les effets de voix de Fuoco me rappellent aussi Enya mais en plus recherché, ensuite viens Moonlight waltz qui est une agréable surprise de part l'utilisation d'un titre de beethoven et puis viennent les trois dernières chansons peu marquante mais tout de même sympa. Bref j’ai hâte d’écouter les prochains travaux d’Iruma !

Yumii-BAKA
  Bah moi j'ai pas du tout mais pas du tout aimé !
Toutes les pistes très exactement.
Une mauvaise surprise pour moi, je m'attendais a quelque chose d'extraordinaire vu les critiques positives.
Je pense que le problème viens surtout de sa voix qui ma vite saoulé.

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 64 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité