mikan music reviews
album Ayumi Hamasaki - NEXT LEVEL
Par Shito, le 03-04-2009 à 23:50:00
Après des célébrations de 10ème anniversaire en demi-teinte, Ayu a fini par reprendre un rythme de travail un peu plus en accord avec ses prétentions. Car notre jeune trentenaire est bien décidée à franchir une nouvelle étape dans sa carrière, du moins est-ce le discours qu'elle tient à qui veut l'entendre. A défaut d'être l'artiste à la mode du moment, Ayu vise le statut d'icône, et Max Matsuura n'a jamais caché son envie de faire d'elle la tête de gondole du rayon Jpop sur le marché asiatique.... et pourquoi pas mondial. D'où le concept de ce nouvel album, intitulé NEXT LEVEL, d'ailleurs le premier album original auquel je vais consacrer une chronique depuis (miss)understood en 2006. Désolé pour tous ces fans qui restent persuadés que je méprise Ayu, m'en veulent de n'avoir d'yeux que pour Namie, sont persuadés qu'en fait je n'aime pas la Jpop mais je n'ai rien de mieux à faire de mes journées, ne supportent pas ma prose grandiloquente ou tout simplement ne m'aiment pas : le répit est terminé ! Tremble Ayu, me voilà !!

Histoire de replacer les choses dans leur contexte et de passer plus rapidement à la suite, commençons par évacuer une fois pour toutes ce que bon nombre de fans de la première heure dans mon genre reprochent à Ayu depuis quelques années : une perte de fraîcheur incontestable, un désengagement progressif de la promo avec sorties CD plus rares, et des singles globalement moins convaincants caractérisés par une incapacité presque totale à se renouveler (la faute notamment à la fidélité d'Ayu à ses compositeurs et arrangeurs attitrés). Sur ce plan c'est assez simple : rien n'a changé, et s'il fallait critiquer ce NEXT LEVEL sur les bases de créativité et d'efficacité des albums de la "grande époque", aucun doute qu'il ne mériterait pas une seconde la moyenne. Tâchons donc de faire abstraction de tout cela et de comparer ce qui est comparable...

GREEN
Days


■  Ayu ne crée plus les modes, mais surfe à nouveau dessus

Première bonne nouvelle : la tonalité générale du disque semble délaisser les morceaux d'inspiration "rock"/pop-rock qui commençaient à sérieusement tourner en rond, pour retourner vers quelque chose de plus dance/electro où la voix d'Ayu est bien plus à son aise (merci les vocoders) et son interprétation nettement plus convaincante. Certes c'est une solution de facilité avec le retour en grâce du genre ces derniers mois, mais à défaut de réinventer la roue, Ayu pourra au moins se révéler efficace. Autre tendance qui cette fois se confirme après avoir été dessinée sur les albums précédents : des interludes de qualité, souvent plus intéressants que les chansons complètes. Bridge to the sky ouvre ainsi le CD avec une surprenante petite ligne mélodique trancy qui fait sacrément du bien par où elle passe... mais est fichue en l'air aussi sec par un NEXT LEVEL qui, comble du comble pour un tel titre, synthétise tous les reproches évoqués au paragraphe précédent. Une production du combo DAI / H/\L dans la droite lignée déjà bien trop longue de fairyland, BLUE BIRD et GLITTER, qui ne se démarque de ses aïeules que par l'exacerbation d'un des derniers tics en date d'Ayu : le vibr(om)ato, aussi désagréable pour les oreilles que pour les yeux (j'y reviendrai).

Un interlude electro-disco-funk plus tard, EnergizE déroute un peu. Bonne pioche pour CMJK avec des synths un peu oldies typiquement japonais qui font mouche, et la guitare très électrique sur les refrains et les ponts qui contribue à développer un univers aux arrangements electro-rock intéressants; bonne pioche aussi pour Yuta Nakano, dont la compo pop décalée est plutôt réussie; dommage en fait que les deux mis ensemble aient autant de pertinence que les vieux titres rock'n'roll que Dorothée avait enregistrés à Nashville Tennessee... Dans le même genre, rollin' est beaucoup plus réussie, mais le morceau manque d'âme : la personnalité d'Ayu est ici cruellement absente, et l'on y verrait tout aussi bien MiCHi, Ami Suzuki ou Aira Mitsuki... En fait la bombe electro de ce disque est déjà connue depuis quelques semaines, puisqu'il s'agit du fameux Sparkle, qui avait surpris tout le monde en face B du dernier single en date. Morceau dance acide et agressif, mais tout de même très accessible et fédérateur, bourré de conviction dans l'interprétation, parfaitement dosé dans les arrangements avec ce qu'il faut de sonorités industrielles et de basses bien tapantes, Sparkle est probablement la meilleure chanson de ce nouvel album, en tout cas de loin la plus efficace.

NEXT LEVEL
Rule


■  Où les fans se réjouiront qu'Ayu fasse toujours du rock

Passons sur GREEN, héritier aux cordes dégoulinantes et à l'asiatisme surfait de Voyage, pour passer à une portion plus "rock" du CD, introduite par l'interlude Load of the SHUGYO et ses guitares lourdingues. identity et Rule : même combat, à savoir une rengaine de guitare électrique déjà entendue mille fois sur les morceaux d'Ayu du même genre, et des "yeah yeah yeah" à ne plus savoir qu'en faire. Mais là où Rule manque de personnalité sans être crédible une seconde dans la rage et la noirceur, identity a au moins le mérite de proposer une ligne de basse potable et des refrains un minimum porteurs. La bonne surprise dans le genre se nomme LOVE'n'HATE, chanson aux arrangements electro-rock commerciaux chiadés, avec des basses appuyées, des violons vifs bien comme il faut, des riffs de guitare électrique accrocheurs et une interprétation tout à fait à la hauteur : dommage que le pont manque franchement d'impact, sans quoi ce serait un sans faute ! Restent les inévitables ballades, introduites par un interlude made in HΛL dont les synthés donneront des tas d'idées de méthodes de torture originales à qui manque d'inspiration dans le domaine. On retrouve d'ailleurs ces engins de mort dans Days, sauvée de justesse par son parfum de nostalgie rappelant les vieilles ballades hivernales d'Ayu qu'on aimait tant il y a quelques années. L'album se termine sur une autre bonne surprise : Curtain call, une ballade piano-voix qu'Ayu a manifestement bien bossé, et dont l'intensité dramatique ascendante aurait vraiment fait merveille sans ces disgracieux vibratos dans les graves qui ont progressivement remplacé les "i" nasillards légendaires de l'artiste. Le CD se finit d'ailleurs sur un ultime "a" hyper-sinusoïdal qui tient de la pire caricature...

Un mot sur les clips pour finir. On passera sur Days et son scénario tristoune et niaiseux mais quand même tout mignon, pour s'arrêter sur GREEN dont les grands moyens sont complètement gâchés par le jeu hyper cariactural d'Ayu. Les spasmes exaspérants repérés sur Mirrorcle World prennent ici une tournure tout aussi dramatique, avec toujours cette démarche ridicule de princesse au string en laine de verre. NEXT LEVEL n'a définitivement aucun intérêt dans le genre road movie en décapotable sur route en bord de mer, pas plus que Curtain call et son côté actor studio franchement pathétique. Rule, le clip du tie-up avec Dragon Ball Evolution, n'a pas grand chose d'autre pour lui que la crédibilité des danseurs, Ayu poursuivant son exploration des différents symptômes du syndrome de la Tourette. Reste Sparkle, pour le coup sacrément inspiré, avec son intro géniale où Ayu parodie à merveille les idols des années 80 avant de partir dans un trip plastique destroy limite vulgaire qui colle parfaitement à la chanson. Un clip réussi sur 6, le bilan n'est quand même pas brillant, mais l'honneur est sauf...

Sparkle
Curtain Call


Bien qu'au final peu de morceaux se distinguent, ce NEXT LEVEL d'Ayumi Hamasaki est globalement plutôt réussi, comparativement à ses prédécesseurs du moins. Plus homogène, il conserve la patte typique des albums d'Ayu tout en mêlant arrangements electro relativement crédibles (merci CMJK, qui a fait du bon boulot) et orchestrations plus "rock" pas trop mal fichues à défaut d'être originales : il n'y a en fait quasiment rien de vraiment mauvais sur l'album, ce qui n'était pas arrivé depuis qu'Ayu s'était mise en tête de faire "mûrir" un peu son image et son interprétation. Mieux, le CD comprend même son lot de bonnes surprises avec deux inédits très au dessus du lot (LOVE'n'HATE et Curtain call), ainsi que le single Sparkle qui pour le coup renoue avec l'efficacité des tubes d'antan. Pour une fois c'est le visuel qui fait défaut, avec des clips pas du tout à la hauteur et un photoshoot multicolore d'un mauvais goût innommable en illustration de la jaquette et du livret. La satisfaction est donc de mise... pour un album d'Ayu post-2003. Il est évidemment frustrant qu'au final seuls un ou deux titres survivront plus d'une ou deux semaines dans ma playlist, là où il fut un temps où ses albums tournaient en boucle pendant des mois, mais ma foi, c'est déjà bien mieux que rien.

Visuels © avex trax.

Commander l'album sur CDJapan - Yesasia
Note : 7/10
album Ayumi Hamasaki - NEXT LEVEL
Ayumi Hamasaki - NEXT LEVEL : Cover
Ayumi Hamasaki - NEXT LEVEL : Cover Ayumi Hamasaki - NEXT LEVEL : Cover Ayumi Hamasaki - NEXT LEVEL : Cover 
Sortie le 25-03-2009
Infos : 4 versions CD+DVD limited, CD+DVD standard, CD only, USB
Tracklist : 01. Bridge to the sky
02. NEXT LEVEL
03. Disco-munication
04. EnergizE
05. Sparkle
06. rollin'
07. GREEN
08. Load of the SHUGYO
09. identity
10. Rule
11. LOVE 'n' HATE
12. Pieces of SEVEN
13. Days
14. Curtain call

CD2 : LIVE CD from "PREMIUM COUNTDOWN LIVE 2008-2009 A"
01. GREEN
02. Will
03. End of the World
04. HEARTPLACE
05. And Then
06. Naturally
07. POWDER SNOW
08. HOPE or PAIN
09. Over
10. SCAR
11. SIGNAL
12. Hana
13. too late
14. everywhere nowhere
15. Days
16. For My Dear...

DVD :
01. Days <video clip>
02. GREEN <video clip>
03. Rule <video clip>
04. Sparkle <video clip>
05. NEXT LEVEL <video clip>
06. Curtain call <video clip>
07. Days <making clip>
08. GREEN <making clip>
09. Rule <making clip>
10. Sparkle <making clip>
11. NEXT LEVEL <making clip>
12. Curtain call <making clip>
 

Avis des lecteurs


joss
  Je suis d'accord avec quasiment toute cette critique sauf que les interludes ne sont pas si bonnes que ça. EnergizE est particulierement mauvaise. Mes préférées sont Sparkle, Green, Love 'n' hate et Next level qui pour le coup est quand même bien pompé sur Blue Bird. L'album est pour moi plutôt décevant mais le niveau est quand même très bon. Peut etre que j'en attends trop de la part d'Ayu...

7/10

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 446 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité