mikan music reviews
album A.I. - What's going on A.I.
Par Ananda, le 07-10-2006 à 15:03:00
Dans le monde terriblement formatĂ© et conventionnel du RnB, rares sont les artistes qui ont su s'attirer les faveurs de la critique et l'amour du public, mĂ©langer street credibility et ventes respectables. AI (à prononcer à l'Anglaise : A.I.) en fait partie, ce qui aurait logiquement dĂ» la rendre ennuyeuse. Et pourtant, au rythme des featurings exĂ©cutĂ©s avec brio, des morceaux percutants soutenus par son flow redoutable et des ballades mises en valeur par sa voix grave et suave, elle a rĂ©ellement pu s'imposer comme une des quelques rĂ©fĂ©rences du milieu, et son histoire n'y est peut-ĂŞtre pas pour rien. C'est à Los Angeles, oĂą elle est nĂ©e d'un père japonais et d'une mère mi japonaise, mi italo-amĂ©ricaine, qu'elle s'est formĂ©e sa culture urbaine A 23 ans, AI a dĂ©jà derrière elle trois albums (dont les deux derniers furent de rĂ©els succès commerciaux) et un nombre consĂ©quent de collaborations, dont certaines mĂ©morables (on se rappelle notamment du duo avec Namie Amuro, ''Uh Uh .....'' sur le projet collectif SUITE CHIC). What's going on A.I. est son quatrième album.


L'album comporte 15 pistes, dont cinq dĂ©jà connues puisque figurant sur les singles sortis depuis MIC-A-HOLIC A.I, et il faut rajouter à ce chiffre deux interludes et une introduction, ce qui porte le nombre de vrais morceaux inĂ©dits à sept. La tracklist est bien construite et ne tombe pas dans le travers antithĂ©tique morceaux rythmĂ©s / ballades, respectivement en dĂ©but et fin d'album. Signalons enfin que la jaquette du disque est un montage d'une rare laideur nous montrant une AI droguĂ©e de profil, face à la Terre. Mais trĂŞve de palabres, voyons voir ce qu'il en est de ce What's going on AI.

■  OĂą l'on dit que la musique c'est bien et la violence c'est mal

Le disque s'ouvre sur un court poème d'AI donnant sa dĂ©finition de son art sur un air de boĂ®te à musique vieilli. Ces jolies paroles dont on n'a pas grand chose à faire introduisent la traditionnelle et ancestrale chanson sur la musique, avec ses ahurissantes et habituelles platitudes sur le pouvoir des mĂ©lodies. D'oĂą axiome : tout morceau qui traite de la musique se doit volontairement d'ĂŞtre stupide, au moins par ses paroles (à quelques exceptions près, naturellement). Symptomatique de cette niaiserie pseudo-philosophique, la phrase ouvrant d'un ton souriant le morceau : « La musique est ma vie, parce que si je n'avais pas la musique, je ne sais pas oĂą j'en serais aujourd'hui ». Ce qui est valable pour toute chose, après tout qui sait ce qu'elle serait aujourd'hui sans les tables basses ou les porte-parapluies ? Et pourtant, audacieusement intitulĂ©e MUSIC, la seconde piste est un exemple de rĂ©ussite dans le style black (music) avec son lot de gospel convivial, de funk entraĂ®nant et d'optimisme bienvenu. Le refrain oĂą elle rĂ©pète le mot « music » plus de fois que moi dans ce paragraphe est sympathique sans trop en faire, grâce à la judicieuse utilisation des choeurs, prĂ©sents d'ailleurs pendant toute la chanson.

L'inquiĂ©tant interlude What's going on pt. 1 sert d'introduction à I WANNA KNOW. RĂ©cemment sorti en single, ce prĂŞchi-prĂŞcha alarmisto-caricatural n'avait pas vraiment trouvĂ© son public. Et pour cause, sur certains points il faut bien avouer que l'on s'approche du gĂ©nĂ©rique du JT de TF1, avec son cĂ´tĂ© grandiloquent. La mĂŞme recette que MUSIC est utilisĂ©e et les choeurs refont une entrĂ©e fracassante. Mou sans susciter l'Ă©motion, parfois plus rapide mais toujours entre deux eaux, I WANNA KNOW ne convainc pas. Le passage rappĂ© rattrape un peu le coup, si l'on oublie les Ă©nervantes vocalises d'une AI peu inspirĂ©e.

■  OĂą l'on parle de Mariah Carey et d'un chimpanzĂ©

go find your way commet le pĂŞchĂ©, en dĂ©pit de passages sympathiques, de ne jamais dĂ©coller malgrĂ© une instrumentation plutĂ´t rĂ©ussie, quoique plagiant un peu I WANNA KNOW sans cette fois trop en faire. On passe la chanson à attendre le refrain qu'on ne trouve jamais vraiment contrairement à ce que laisse penser la prometteuse prometteuse montĂ©e revenant à plusieurs moments. Dommage, il s'en est fallu de peu pour que le titre trouve son rythme. PassĂ©es les interventions ridicules du chimpanzĂ© rappeur-wannabe qui ponctuent le morceau, we gonna n'est pas dĂ©plaisante. Il faut dire qu'AI se concentre enfin sur quelque chose qu'elle maĂ®trise parfaitement et qui de plus fait sa spĂ©cificitĂ© : le flow, agressif de prĂ©fĂ©rence. Les rapides couplets rappĂ©s font apprĂ©cier les refrains chantĂ©s (très belle consonance de « r »), et le morceau, au demeurant court, ne souffre d'aucun temps mort et se dĂ©roule nerveusement jusqu'à son terme, qui arrive trop vite.

Le second interlude, What's going on pt. 2, anecdotique, prĂ©cède No way, titre dont l'introduction Ă©voque trop ostensiblement une ballade pour en ĂŞtre une. En l'occurrence, il s'agit d'un morceau rythmĂ© qui utilise une fois de plus la recette de l'album : à savoir les choeurs, le piano, des percussions et des basses appuyĂ©es, dans un registre sombre inchangĂ© depuis MUSIC. Une nouvelle fois, pas de temps morts, et on ne s'en plaindra pas pour ce petit bout d'Ă©nergie.

LĂ©gèrement jazzy et classieuse quoique classique, l'introduction de la piste suivante constitue une belle entrĂ©e en matière pour Believe, qui s'inscrit parfaitement dans la tradition millĂ©naire (ou presque) des ballades RnB. C'est archi-entendu (et attendu d'ailleurs), du re-sucĂ©, Mariah Carey n'eĂ»t certainement pas fait mieux (ou pire) et pourtant, il suffit de l'interprĂ©tation sans faille d'AI, oscillant entre l'Ă©motion et la retenue, sans jamais surjouer, pour que la mayonnaise prenne. On trouvera certainement à dire sur le cĂ´tĂ© caricatural du morceau, mais finalement, les objectifs de la ballade sont remplis et on digère tout à fait l'ensemble. ooh est Ă©galement un vĂ©ritable rĂ©gal, de part son cĂ´tĂ© soft RnB old school lĂ©gèrement surannĂ© mĂ©langeant à merveille les passages chantĂ©s et les passages rappĂ©s, tout en se dĂ©marquant du titre prĂ©cĂ©dent, car plus rapide.

■  OĂą l'on mĂŞle dancefloor de quartiers chauds et world music

Dans un style bien lointain de la ballade et très percutant arrive ensuite Beautiful, purement amĂ©ricanisĂ©. Encore une fois, AI enchaĂ®ne avec aisance le rap et le chant, mais cette fois, son flow nerveux et agressif est modĂ©rĂ© par celui, plus doux, de Trey Songz . Clairement orientĂ©e dancefloor, la piste donnera probablement envie aux amoureux des clichĂ©s d'enfiler casquettes, fourrures et d'aller se frotter contre les murs (ou contre des rappeurs si il y en a à proximitĂ©), tĂ©moignage incontestable de sa redoutable efficacitĂ©. Too much joue sur une ambiance plus hardcore Ă©voquant les rĂ©centes productions RnB US. Les mĂŞmes ficelles sont utilisĂ©es, mais le rendu est plus lapidaire, hachurĂ©, plus dĂ©pouillĂ©, plus violent aussi, et quant au refrain il est tout bonnement excellent, grâce une nouvelle fois à l'intervention d'un autre protagoniste : Rain. Ce couplĂ© de titres dancefloor suffit à rĂ©veiller un album qui s'enfonçait parfois dans une certaine mollesse.

N'hĂ©sitons pas à enfoncer des portes ouvertes et dĂ©clarons bien fort que le domaine qui rĂ©ussit le mieux à AI, ce sont les collaborations, ce que ce disque dĂ©montrait parfaitement d'ailleurs ... jusqu'à maintenant. AnnoncĂ©e en grande pompe par Universal, la bien-nommĂ©e Famous n'est pas un duo, mais un trio ! AI mesure ici son talent à celui de l'exaspĂ©rant JamaĂŻcain Shaggy et au sensible numĂ©ro un turc Yalin qui apporte au sein du morceau sa bonne humeur mĂ©diterranĂ©enne au son du ... de la ... d'un instrument au croisement entre la porte qui grince et le canard asthmatique. MalgrĂ© l'irrĂ©prochable interprĂ©tation d'une AI au mieux de sa forme et d'un Yalin tout à fait agrĂ©able, la chanson sombre dès ses premières notes dans le ridicule consommĂ©, et les pathĂ©tiques aboiements de Shaggy n'en sont pas la raison principale. A trop vouloir jouer la carte de l'exotique, on se retrouve avec une pittoresque publicitĂ© bourrĂ©e de clichĂ©s sonores pour l'office du tourisme turc, impossible à prendre au sĂ©rieux deux secondes, mais qui n'aura pas tout perdu puisqu'elle aura au moins permis à l'auditeur de s'en payer une bonne tranche. N'en abusez toutefois pas, c'est le genre de refrain qui a une incroyable propension à se loger dans le cerveau comme le tĂ©nia au coeur du gros intestin.

MĂŞme si Mirai pĂŞche par un flagrant manque d'originalitĂ©, Ă©voquant le dĂ©but du disque, elle n'est toutefois pas exempte de qualitĂ©s. La diction hachĂ©e de l'artiste donne un rythme apprĂ©ciable au refrain et le morceau laisse un goĂ»t apprĂ©ciable en bouche. C'est sans lassitude particulière qu'on aborde le dernier titre, Love is .... Qui, comme il se doit, est une ballade. Ne nous plaignons pas, elles sont suffisamment rares et rĂ©ussies pour en apprĂ©cier une autre en clĂ´ture de tracklist. Toujours la mĂŞme sensation de minimalisme dans les arrangements que le morceau prĂ©cĂ©dent, pour mettre pleinement en valeur cette farewell song intimiste et lĂ©gèrement minaudeuse. Pas de coup d'Ă©clat pour ce final mais une impression mignonne très positive notamment grâce à l'interprĂ©tation impeccable de l'artiste qui compense la relative froideur du titre.

What's going on A.I. ne sera pas l'album RnB du siècle, force est de le constater, et d'ailleurs, il prend un dĂ©marrage certes très correct, mais nĂ©anmoins moins convaincant que MIC-A-HOLIC A.I dans l'Oricon. Nombreuses sont les pistes qui utilisent les mĂŞmes recettes, pas assez de titres vraiment percutants, un dĂ©but mou du genou, et ces morceaux ont d'ailleurs le point commun d'ĂŞtre pratiquement tous des inĂ©dits de l'album... Nonobstant, il est des domaines oĂą AI fait des merveilles, et ceux-ci sont parfaitement exploitĂ©s. Si elle avait pu oublier les morceaux mid-tempo pour se concentrer sur les collaborations et les ballades, sa maĂ®trise vocale sans faille, sans trop de dĂ©monstrations de force mais pleine d'Ă©motion, et son phrasĂ© punchy auraient fait des merveilles. Dommage qu'elle se soit un peu Ă©garĂ©e en route, son talent n'Ă©tant plus à dĂ©montrer.

Illustrations © Universal Music
Note : 7/10
album A.I. - What's going on A.I.
AI - What's going on A.I. : Cover
Sortie le 27-09-2006
Infos : UPCI-1049 - 3000 ¥
Tracklist : 01- Intro
02- MUSIC
03-.What’s goin’ on pt. 1
04-.I Wanna Know
05- go find your way
06- We gonna
07- What’s goin’ on pt.2
08- No Way
09- Believe
10- ooh
11- Beautiful feat. Trey Songz (Remix)
12- Too Much feat. Rain (Remix)
13- Famous feat. Shaggy and Yalin
14- Mirai
15- Love is…
 

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 61 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité