mikan music reviews
album KOKIA - aigakikoeru (version française)
Par Shito, le 07-12-2006 à 23:57:00
Le concert de KOKIA en Janvier 2006 fut sans doute l'évènement Jpop de l'année en Europe. Malgré les annonces multiples sur l'intérêt exponentiel porté par les artistes nippons à notre marché, malgré l'effervescence entretenue tant par les professionnels du secteur que par la presse (nous les premiers), le soufflé est en effet retombé à l'horizon de l'été 2006, après le succès (discret mais effectif) d'Akino Arai et le passage-éclair d'Anna Tsuchiya à la Japan Expo. Depuis plus rien, ni même de pespective tangible pour 2007. Le potentiel que représente ce public frustré n'a toutefois pas échappé à tout le monde, et c'est donc encore une fois KOKIA qui va créer l'évènement, avec un nouveau concert qui s'annonce évidemment exceptionnel, et cet album sorti en exclusivité mondiale dans l'Hexagone. On ne s'en plaindra pas !


aigakikoeru est donc le 5ème album original de KOKIA. En Mai dernier KOKIA a mis fin à sa collaboration avec Victor Entertainment. Une collaboration parfois contraignante pour l'artiste, le comble étant atteint avec l'album Uta ga chikara, que KOKIA avoue volontiers ne pas aimer et avoir réalisé sur commande. Aujourd'hui KOKIA s'auto-produit, mais il n'y a pas que sur le plan artistique que la décision est judicieuse : ce changement de label ne devrait en effet pas beaucoup affecter ses chiffres de vente, son public étant essentiellement constitué d'une fanbase fidèle. Mais dans le même temps il lui permet d'engranger une part nettement plus importante des recettes, sans parler du bonus lié à sa nouvelle carrière internationale... Reste néanmoins qu'à ce jour sa société anco ne semble avoir encore aucun distributeur officiel sur le marché japonais, si bien que KOKIA en est réduite à s'excuser sur son blog auprès des fans nippons qui ne manquent pas d'exprimer leur déception de ne pas savoir encore quand ils pourront espérer trouver le disque dans leurs rayonnages...

■  Un album bien rempli au packaging réussi

Cette édition française concoctée par Wasabi Records, plutôt réussie, se présente dans un coffret cartonné de couleur crème classieuse. Elle est agrémentée d'un livret comprenant quelques photos et les paroles des 14 chansons du disque en romaji, ainsi qu'un poster au dos duquel on pourra trouver la traduction des textes en français et en anglais. Deux bémols sur ces points. Le poster, tout d'abord, est réalisé à partir d'une photo hideuse prise sous un angle assassin : on ne voit plus du coup qu'un long nez, un léger strabisme et les dents en avant typiquement japonaises de KOKIA. Dommage, la cover du boîtier était pourtant jolie. Côté traductions françaises ensuite, si le travail est globalement satisfaisant, on pourra regretter quelques tournures assez disgrâcieuses, d'autant qu'elles s'éloignent des paroles originales là où une traduction directe depuis l'anglais, globalement plus fidèle, aurait tout à fait fait l'affaire. Avec notamment deux perles : le comique "A deux c'est mieux que tout seul" qui a bien fait rire la rédaction du V-Stuff (idiots que nous sommes!), et un "Si [...] je pouvais le chérir comme je le voudrais" qui tient du terrorisme grammatical pur et simple.

Côté tracklist, la chanson en français annoncée il fut un temps a sans doute cramé dans un bus en arrivant en France, compensée par une version anglaise de Remember the kiss. Le reste n'est que pistes inédites (dont deux avaient toutefois pris place sur la tracklist du concert parisien) pour un total de plus de 70mn. L'album s'ouvre en douceur sur Someday when you love someone, une chanson a capella à l'ambiance feutrée, agrémentée de quelques chorus angéliques. L'interprétation de KOKIA y est étonnamment nuancée, y compris sur ses notes les plus hautes en fin de morceau. Très bonne intro donc, d'autant que juste derrière on retrouve avec plaisir Uchuu ga (traduite par A Universe is), déjà entendue lors du live parisien. Guitare sèche, piano et harpe accompagnent KOKIA sur cette chanson typique de sa discographie, une ballade folk qui gagne progressivement en puissance vocale jusqu'aux sublimes vocalises finales sur chorus et background orchestral. La chanson est un chef d'oeuvre, et l'on ne s'étonnera donc pas de trouver aux arrangements le génie de Taisuke Sawachika...

■  Première impression mitigée

Autre piste qu'il est bon de réentendre : The story of two daughters / Futari no Musume, à classer dans le registre des jolies chansons douces, aux accents presque enka de part notamment ses instruments typiquement folkloriques. Cette réussite est à mettre au crédit de Yasuhisa Yamamoto, nouveau venu que l'on retrouve également sur cosy place (qui lorgne du côté de la ballade piano-bar) et cocoro (qui reprend le petit côté enka de Futari no Musume dans son interprétation). Trois morceaux incontestablement très agréables à l'écoute, auxquels on pourra toutefois reprocher de ne pas franchement se démarquer ni sur le plan émotionnel, ni sur celui de l'originalité. Warmth (listen for the love), accompagnée d'une seule guitare acoustique, rajoute une ligne à la liste des ballades du CD. Une liste que vient encore compléter A flower blooming under tenderness, plus quelconque, avec sa guitare, ses violons et ses synths discrets, tout de même relevée par une seconde voix nuancée très réussie.

Le syndrôme des ballades "oui mais sans plus" n'est heureusement pas général, puisque l'album comprend également quelques morceaux plus intéressants sur le plan artistique, dont les arrangements sont d'ailleurs pour la plupart signés KOKIA ! On commence avec Hope of an ugly ducklin', nouveau petit délire humoristico-rêveur de l'artiste, un morceau folk que l'accompagnement guitare fait dandiner à la manière du canard dont il conte l'histoire. Dommage tout de même que l'interprétation un peu trop vocale lors des refrains vienne décrédibiliser le côté mignon de la chose. HUMANITARIAN constitue la seule véritable piste pop du CD, avec ses couplets marqués d'un effet téléphone pertinent et ses refrains en chorus qui rappelle certains travaux de Yuki Kajiura, et par chance son originalité compense le fait qu'elle ne soit pas conçue pour être entraînante. Avec so sad so bad enfin, on revient à des choses plus familières, dans un registre plus vocal avec moult choeurs, léger fond musical synthétique, et un final sublime rappelant les meilleurs morceaux du divin album Remember me.

■  Fucking English

Là où so sad so bad réussit de belle façon le pari de la puissance, il n'en va malheureusement pas de même de why do I sing, une ballade au piano qui sombre dans la grandiloquence la plus totale. L'interprétation qui en fait trois fois trop, et le texte ô combien prétentieux ("I believe I've been given this voice to spread a message of love" et autres références à sa voix) feraient presque croire qu'à force d'entendre les nombreux superlatifs employés à son sujet parmi les fans, la presse et son staff français, KOKIA aurait pris la grosse tête. On serait alors tenté de mettre ça sur le compte de la prononciation anglaise trop maniérée de l'artiste. Mais bien qu'inférieure à son homologue japonaise, la version anglaise de Remember the kiss ne laisse pas une aussi mauvaise impression. Et Awakening ~open your eyes~ (pourtant entièrement en japonais) confirme un peu plus tôt sur l'album, sur un accompagnement pourtant réussi, une tendance excessive à vouloir faire dans la démonstration vocale qui nuit sérieusement au potentiel émotionnel du morceau. A noter pour finir que les inspirations religieuses entraperçues dans les paroles de plusieurs chansons du CD, à côté des thématiques usuelles que sont la tendresse et les sempiternels "la musique c'est beau", constituent le coeur de la dernière piste du disque, Music like a prayer. Dans un style pop acoustique mid-tempo, cette chanson conclut l'album sur une note légère nettement plus agréable que les quelques titres cités plus haut, et rappelera sans doute de très bons souvenirs aux amateurs des premiers travaux de KOKIA.

Il est particulièrement difficile d'essayer de juger de la qualité de cet album tant nombre de paramètres entrent en ligne de compte dans son évaluation. Il va sans dire que l'initiative exceptionnelle prise par Wasabi quant à l'édition de cet album, en exclusivité qui plus est, est à encourager sans réserve, d'autant que le travail livré, bien que perfectible, est d'une qualité tout à fait appréciable. Par ailleurs on ne peut que se féliciter de voir une artiste au talent aussi phénoménal que celui de KOKIA s'investir réellement sur le marché français. Dans le même temps, force est de constater qu'au sein de la discographie de l'artiste (l'erreur Uta ga chikara exclue), aigakikoeru est légèrement en dessous. Ce de par la présence d'un trop grand nombre de ballades certes jolies mais pas franchement marquantes, et cette désagréable impression de grandiloquence perçue à l'écoute de certaines pistes. L'ensemble semble manquer d'authenticité, comme si KOKIA avait cherché à valoriser le plus possible son côté artiste éloignée des considérations commerciales... au point d'en faire justement un argument commercial. Il n'empêche que dans l'absolu, en particulier si on le compare au gros des sorties CD japonaises de cette année, ce aigakikoeru constitue à n'en point douter un très bon album dont l'achat est à conseiller vivement. D'autant qu'y figurent tout de même quelques morceaux superbes, portés par la voix merveilleuse et les mélodies émouvantes d'une KOKIA qui, décidément, n'a pas fini de nous faire rêver...
Note : 7.5/10
album KOKIA - aigakikoeru (version française)
KOKIA - aigakikoeru (version française) : Cover
Sortie le 29-11-2006
Infos : 20 euros environ - Wasabi Records
Tracklist : 01- Someday when you love someone (anthem version)
02- A universe is…
03- Hope of an ugly ducklin\'
04- The story of two daughters
05- Awakening (open your eyes)
06- Cocoro
07- HUMANITARIAN
08- So sad so bad
09- A flower blooming under the tenderness
10- Warmth (listen for the love)
11- why do I sing
12- cosy place
13- Remember the kiss~world Ver.~
14- Music like a prayer
 

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 63 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité